LHC : ça se complique

Défait par Annecy samedi soir à Charlemagne (2-3), le Lyon Hockey Club devra réaliser un exploit dans sept jours en Haute-Savoie pour espérer jouer en Division 1 la saison prochaine. Malgré une nette domination, les Lions ont péché dans la finition. Que de regrets.

C’était le match de l’année à Charlemagne. Celui à ne pas perdre aussi… Alors, certes, rien n’est encore perdu. Mais Lyon s’est sérieusement compliqué la tâche samedi soir. La faute à un gardien adverse en grande forme et à une ravageuse maladresse. Briseuse d’espoirs. Pourtant, dès le début de la partie, les Lyonnais, surmotivés, asphyxient leurs adversaires. Le LHC joue bien, le LHC domine mais le LHC ne marque pas. Pire, les hommes de Pascal Margerit encaissent même un but sur une contre-attaque rondement menée par Annecy, pourtant en infériorité numérique (0-1, 8ème). Cruel mais presque logique tant Lyon rate d’occasions. Et à haut niveau, lors d’un match couperet, on ne peut pas laisser passer autant de situations favorables.

Le réalisme, le réalisme…

Le Canadien Mike Ruberto égalise dans la foulée, sur un tir repoussé par l’excellent gardien haut-savoyard Cyril Bossier (1-1, 14ème). C’est sur ce score que les deux formations, réputées comme les deux meilleures de la Division 2, terminent le premier tiers-temps. Le LHC ne se remettra jamais de ces occasions manquées. Rien n’est marqué lors des vingt minutes suivantes. Annecy, petit à petit, endort les Lions et redresse la tête. Le début de troisième tiers-temps est fatal à Lyon, surpris à deux reprises (1-2, 44ème – 1-3, 48ème).

Ces buts adverses ont le mérite de réveiller l’orgueil des coéquipiers de Damien Croux. Ces derniers se ruent devant la cage adverse, mais ne marquent qu’une seule fois, par le Suédois Alexander Olsson (2-3, 54ème). Malgré d’innombrables occasions. Mais il est trop tard. Les Chevaliers du Lac ne pouvaient espérer mieux. Une centaine de supporters haut-savoyards, qui avaient fait le court déplacement jusque dans le Rhône, fêtent ce succès ô combien important dans les travées de Charlemagne. La révolte lyonnaise n’aura pas suffi. Le LHC devra se montrer bien plus réaliste, samedi prochain pour le retour à Annecy, s’il veut espérer monter en Division 1. L’équation est simple.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut