L'OL toujours en vie

Les Lyonnais sont allés s’imposer à Montpellier (0-1) grâce à un but de Michel Bastos. Une victoire précieuse dans la course à la Ligue des Champions. Les Gones pointent désormais au quatrième rang à 2 points de Lille avec un match en moins.

Quatre jours après la douloureuse claque infligée par le Bayern Munich à Gerland, L’OL retrouvait la L1 dans un match très important à Montpellier. Le club héraultais, présidé par l’emblématique Louis Nicollin depuis 36 ans, devance les Gones d’un point avant le début de la rencontre. Alors ce Lyon là est-il encore capable de répondre dans l’adversité ou l’élimination face à Munich a laissé d’indélébiles traces dans les esprits olympiens ? Les Lyonnais vont-ils réussir une nouvelle fois à se remobiliser pour espérer participer à la Ligue des Champions la saison prochaine ? En tout cas, Bordeaux et Lille, tous deux victorieux en fin de dimanche après-midi, ne les avaient pas attendus. Alors rebond ou chute en enfer ?

Le poteau de "Licha"

Au coup d’envoi, Claude Puel décide de revenir à un système de jeu traditionnel de la maison lyonnaise : le 4-3-3. Les premières minutes sont très engagées. Deux formations réputées parmi les plus rugueuses de la Ligue 1. Les partenaires de Cris, capitaine du soir, sont les premiers à se mettre en évidence. Les Rhodaniens récupèrent haut et se projettent très rapidement vers l’avant. A la 14ème minute, sur une superbe passe de Bastos, Lisandro touche le montant de Jourdren. L’Argentin rate sa frappe sept minutes plus tard suite à une chevauchée de Govou. Après une première demi-heure de domination lyonnaise, les débats s’équilibrent et les occasions se raréfient. Les deux formations rejoignent les vestiaires sur un score nul et vierge. Les Lyonnais n’ont pas réussi à fructifier leurs bonnes phases.

Bastos libère l'OL

Au retour des vestiaires, les affaires lyonnaises se compliquent. Les hôtes, beaucoup plus hauts sur le terrain, dominent désormais largement les débats. Les hommes de Puel reculent et ne parviennent plus à s’approcher de la cage de Jourdren, le portier montpelliérain. Les offensives héraultaises sont cependant vaines, Hugo Lloris repoussant tour à tour chaque assaut. A la 72ème minute, sur un long dégagement de Lloris, Bastos récupère le ballon suite à une grosse erreur de la défense languedocienne. L’international brésilien ajuste Jourdren d’une frappe limpide du gauche. Les Gones ouvrent le score au moment où ils étaient le moins dangereux. La fin de match s’annonce plus tranquille pour l’OL, leurs adversaires ayant pris un gros coup derrière la tête avec ce but. Enfin, jusqu’à cette 91ème minute, où une tête ratée de Lovren passa à quelques millimètres du but de Lloris. Les hommes du président Aulas s’imposent finalement par la plus petite marge.

Lyon a les cartes en main

A quatre journées du terme du championnat, la manière ne compte plus, seule la victoire est importante. Avec cette vision là, la soirée est toute bénéfique pour l’OL, grâce à un précieux succès chez un concurrent direct. C’est surtout la capacité de cette équipe à réagir suite à une douloureuse élimination en Coupe d’Europe qui est à souligner. Le Lyon n’est pas encore mort. La joie du phénomène Lisandro, traversant la pelouse de bonheur à la fin de la rencontre, traduit la pression entourant tout le club lyonnais actuellement. Les Gones ont désormais leur destin en main, avec en point d’orgue une nouvelle qualification pour la plus prestigieuse des compétitions européennes. Il faudra pour cela vaincre Auxerre, dès mercredi à Gerland.

à lire également
Bertrand Traoré en pleine action, contre Bordeaux, le 28 janvier 2018 © Nicolas Tucat / AFP
Du Burkina à l’Europe, Bertrand Traoré (22 ans) se plonge dans ses souvenirs pour Lyon Capitale. Une trajectoire rapide pour l’attaquant de l’OL, très imprégné par sa culture africaine.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut