Grand stade décines
©Tim Douet

Interpellations et utilisation de gaz lacrymogène durant OL-Monaco

Si sportivement, le match entre l'OL et l'AS Monaco s'est très bien passé avec une victoire 6-1 des Lyonnais, dans les coulisses l'ambiance a été un peu plus tendu avec quatre interpellations et l'utilisation de gaz lacrymogène. En réaction l'AS Monaco a demandé des explications.

En marge de la victoire 6-1 de l'OL contre l'AS Monaco ce samedi au Parc OL, quatre hommes ont été interpellés pour utilisation de fumigène ou violence sur agent des forces de l'ordre. Un homme de 31 ans domicilié à Morance a été interpellé à 21h20 dans le stade pour utilisation de fumigène dans les tribunes. Un autre de 20 ans domicilié à Décine a été arrêté pour la même infraction. Tous deux ont reconnu les faits et seront présentés au parquet ce lundi.

Deux autres hommes de 20 ans et 27 ans ont été respectivement arrêtés à 21h55 et 22h20 dans l'enceinte du Parc OL après que l'un d'eux ait frappé un gendarme mobile et l'avait menacé de mort. L'autre avait jeté un bâton en plastique sur un gendarme. Tous deux ont reconnu les violences et vont aussi être présentés au parquet ce lundi.

Face à ces débordements, l'AS Monaco a publié un communiqué pour demander des comptes à l'OL sur "L'AS Monaco regrette l'utilisation de gaz lacrymogène par les forces de police dans les coursives du secteur visiteur à Lyon et va demander des explications. Samedi lors du match contre Lyon au Parc OL, les forces de police ont fait usage de gaz lacrymogènes dans les coursives du secteur réservé aux 700 supporters monégasques. L'intervention a provoqué un mouvement de panique dans la tribune où se trouvaient de nombreuses familles venues avec leurs enfants. L'AS Monaco regrette vivement les désagréments subis par ses supporters à cette occasion et va demander des explications sur les raisons de cette intervention qu'aucun trouble ou comportement ne semblait justifier",

à lire également
Grand stade Parc OL
L'Olympique lyonnais a indiqué jeudi soir avoir débloqué 300 000 euros pour lutter contre la pandémie de coronavirus en France. Deux tiers de la somme seront notamment consacrés aux besoins d'urgence de notre territoire.
Faire défiler vers le haut