Semaine des As : Jusqu’ici tout va bien

Minuscule victoire pour l’ASVEL face à Gravelines (55-52) dans un match bien chiche que les deux équipes ont ponctué d’un festival de maladresses. En demie, l’ASVEL rencontrera Roanne qui a corrigé Nancy 90 à 68.

Comme disait Steve McQueen dans les 7 mercenaires  : « jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien ». Sauf que là, ça va bien mais mal. Car si l’ASVEL est toujours en course à l’issue des quarts de finale des As, c’est au terme d’un match qui avait tout de la « Semaine des Nases ». Tout n’avait pourtant pas si mal commencé, l’éviction de Bobby Dixon ayant rendu les rênes de l’équipe à Aymeric Jeanneau, académicien du jeu à même de mettre en place un collectif et d’en tirer le meilleur. Ce qui fut fait à l’entame devant des Gravelinois en vrac. Mais dès la sortie du « renard » Jeanneau en fin de premier quart-temps, remplacé par TJ Parker, qui n’est pas un meneur pur, l’ASVEL s’est montrée bien moins sereine. Et s’est même vu sévèrement malmenée dans le second quart, avec notamment un 7-2 qui voyait Gravelines revenir à deux points sur les ailes du talentueux meneur américain Ben Woodside (à placer, pourquoi pas, sur la liste de courses de l’ASVEL pour la prochaine saison).

Match nul

A la mi-temps, les deux équipes se trouvaient donc à égalité (31-31). L’idéal pour ensuite rivaliser de maladresse pendant les quatre premières minutes du 3e quart-temps avec aucun point inscrit de part et d’autre jusqu’à ce panier à trois points de Kristian Kangur pour l’ASVEL. Oui mais voilà, les Verts n’en inscriraient que trois autres dans la période pendant que Demetris Nichols (13 pts au total) inscrivait les 11 points de Gravelines dans ce quart-temps remporté 11-6 par les Nordistes. A ce jeu du « à toi à moi », l’ASVEL repassait pourtant devant dans le 4e quart-temps mais s’avérait un hôte courtois en laissant à chaque fois les visiteurs recoller, quand elle ne leur tenait pas carrément la porte. Car à force d’assister, des deux côtés du terrain, à un festival d’occasions manquées, de lancers de savonnettes et de shoot casse-croûtes, on en venait même à se demander si ce match allait finir par désigner un vainqueur. Et même si au basket, il n’y a pas de match nul, on avait soudain un gros doute.

Bloquée à 55

Finalement, deux paniers à 3 pts de Lukauskis et Campbell et des lancers de Jeanneau scellaient tant bien que mal cette toute petite victoire. Mais que la manière fut laide pour une ASVEL qui, depuis trois matches, reste bloquée à 55 points. Inquiétant pour la suite du championnat comme pour la demie à venir samedi. Car l’ASVEL y affrontera pour un derby chaud bouillant (du moins on l’espère) une équipe de Roanne en verve. La Chorale, qui n’aime rien tant que les opérations commando, a en effet sévèrement "rousté" Nancy (90-68). C’est donc peu de dire que l’ASVEL ne part pas favori. On se consolera en se disant qu’au Tournoi des As, rien ne se déroule jamais comme prévu. Mais au vu du match de jeudi soir, c’est bien tout ce qu’il reste aux supporters de la Green Team pour ne pas virer définitivement au vert.

à lire également

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut