Gérard Collomb à l'Hôtel-Dieu
Gérard Collomb à l’Hôtel-Dieu © PHOTOPQRLE PROGRESMAXPPP

Tribune “inégalités de santé” : “la signature de Collomb est un scandale”

Dans une tribune publiée ce dimanche dans le JDD, Gérard Collomb et une vingtaine de maires se sont associés pour demander des moyens “pour agir localement contre les inégalités de mortalité et de santé”. Une signature qui ne passe pas auprès de Jean-François Vallette, qui rappelle que le maire de Lyon a refusé l'installation d'un pôle régional de promotion de la santé au sein de l’Hôtel-Dieu, dont l'objectif aurait été justement de parler des problèmes “inégalités de santé et de prévention”.

Lyon Capitale : À la fin des années 2000, avec le milieu associatif, vous aviez porté un projet de pôle de santé au sein de l'Hôtel-Dieu. Aujourd'hui, Gérard Collomb signe une tribune sur les inégalités sociales dans la santé au sein des grandes villes. Qu'est-ce que cela vous inspire ? 

Jean-François Vallette : Je trouve que c'est formidable que Gérard Collomb se réveille maintenant sur la question des inégalités de santé. Mais c'est regrettable de sa part d'avoir détruit, avec un cynisme rarement vu, un projet qu'il a suscité lui-même. À la fin de son premier mandat, il avait invité les gens à faire des propositions pour l’avenir de l’Hôtel-Dieu. On était alors un certain nombre à dire qu'en matière de santé publique, la grande question d’avenir, c’était celle des inégalités et de la prévention. Parce que ce qui génère les problèmes de santé, ce sont des facteurs sociétaux. Donc si l’on veut être efficace en matière de réduction des inégalités de santé et de réduction des dépenses de santé, il faut faire la promotion de la santé. C'est connu depuis des siècles. Lorsque la tuberculose a disparu, c'est parce que l'on a créé des logements plus aérés avec de la lumière. Donc nous, on lui a dit à l'époque : “Mettons en avant ces enjeux-là dans l'Hôtel-Dieu, qui a toujours eu vocation à proposer des projets nouveaux”. Gérard Collomb nous a dit ok et a inscrit ça dans son programme avant son deuxième mandat. Mais après son élection, plus rien. Il a fait l'autruche et a enterré ce projet.

 “Il n'a pas été à la hauteur de ses engagements et de sa politique”

La tribune signée par Gérard Collomb parle notamment d'inégalité sociale et de déterminisme dans les inégalités de santé, c'était votre projet ? 

Maintenant, Gérard Collomb vient nous dire : “Il y a un problème avec les inégalités de santé”. C'est n’importe quoi. Le pôle régional de promotion de la santé mettait en avant la prévention, la sensibilisation du grand public et un pôle de recherche avec des universitaires sur les enjeux des inégalités de santé. On a donné à Collomb, sans qu'il ait dépensé un euro, un projet novateur et extrêmement efficace. S’il l’avait mis en place, aujourd'hui, il aurait un outil pour dire qu'il a été le pilote de la promotion de la santé. Mais il ne l’a pas fait, c'est pour ça que la signature de  cette tribune est un vrai scandale. Il n'a pas été à la hauteur de ses engagements et de sa politique.

“Il avait l'occasion de se mettre au travail sur la question de déchirement du tissu social”

Mais votre projet était-il compatible avec le projet de l'Hôtel-Dieu qui a été choisi et qui est celui que connaissent les Lyonnais aujourd'hui ?

C'est ceux qui ont fait de la politique politicienne qui ont opposé les deux. Ce projet c’était 2000 m² sur l'ensemble de l'Hôtel-Dieu qui fait 60 000 m². Donc on pouvait réaliser son projet et y inclure celui du pôle santé. Là, il s’est assis sur 1000 ans d'histoire de l'Hôtel-Dieu. Parce que ce lieu a toujours eu un temps d'avance sur son époque. Je suis en colère contre Gérard Collomb, même si j'ai du respect pour le bonhomme. Nous, on était d’accord avec lui, ce n'était plus viable d’avoir un hôpital à cet endroit. Mais il fallait faire quelque chose de nouveau. Aujourd’hui, on connait avec les Gilets jaunes une situation sociale très grave. Il avait l'occasion de se mettre au travail sur la question du déchirement du tissu social. Il ne l'a pas fait.

à lire également
Fabrice Luchini en tournage à Lyon, en août 2018 © DR
Un maire de Lyon usé après des années de pouvoir. Une jeune étudiante venue lui redonner des idées. Deux rôles campés par Fabrice Luchini et Anaïs Demoustier dans le film Alice et le maire. Un long-métrage, qui sortira sur grand écran le 2 octobre prochain en pleine campagne des municipales, et qui n’avait pas franchement fait rire Gérard Collomb lors de son tournage à Lyon durant l’été 2018.
1 commentaire
  1. Abolition_de_la_monnaie - 18 février 2019

    @ Jean-François Vallette :
    que Monsieur Collomb ait construit une ville de Lyon qui marche sur la tête et pas du tout "d'avenir", ce n'est plus à prouver, mais s'il vous plait, apprenez la définition du mot "cynique", trop souvent confondu avec le mot "sinistre".
    Merci de ne plus salir cette philosophie grecque qui est justement ce qui pourrait nous "sauver" de cette société de l'artifice.
    Merci. 🙂

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut