rivalta vs bret

TCL : la ligne C3 victime du match Bret/Rivalta ?

Alors que le président du Sytral invoque la rigueur financière pour repousser l'amélioration de la ligne C3 (Vaulx/St-Jean), les élus villeurbannais montent au créneau et déplorent le manque d'investissements dans leur ville. Le maire, Jean-Paul Bret, a écrit à Rivalta.

Le match n'en finit plus entre Bernard Rivalta, président du Sytral et conseiller général de Villeurbanne pour quelques mois encore et sa ville d'origine, où il a commencé sa carrière politique. Le maire, Jean-Paul Bret (PS), l'avait déjà évincé des dernières municipales au motif que l'intéressé avait soutenu une candidature dissidente à une législative partielle. Et pour les cantonales de mars prochain, il a tout fait pour que celui qu’il perçoit comme “l’œil de Collomb” en ses terres ne puisse plus s’y présenter. Mais Rivalta a semble-t-il la rancune tenace et Villeurbanne en ferait les frais.

Villeurbanne lésée ?

Les élus de la ville se plaignent en effet que leur commune soit mal traitée par le Sytral. C'est le trolleybus C3 qui tarde à être amélioré. C'est aussi le projet d'une ligne Doua/Gratte-Ciel qui est repoussé sine die. Le président du Sytral avance l'argument financier, jouant la carte de la rigueur. Selon lui, la moitié du budget consacré au plan de mandat 2008/2011 sera englouti par l'achat de matériels, notamment pour renforcer le métro (lire ici). Mais les élus villeurbannais pointent les investissements "autres", notamment le prolongement de T2 vers Eurexpo visant à faciliter la réalisation du Grand Stade. "Les nouvelles lignes programmées dans le présent mandat et non prévues dans le Plan de déplacements urbains (PDU) représentent près de la moitié du milliard d'euros d'investissement programmé (...) des investissements qui ne doivent pas se faire au détriment des milliers d'usagers qui attendent chaque jour des améliorations", souligne Richard Llung, adjoint à l'urbanisme.

Les problèmes de la ligne C3

Villeurbanne se plaint d'abord des conditions de circulation du trolleybus C3, qui emprunte le cours Tolstoï et la rue Léon Blum. 60.000 usagers l'utilisent chaque jour. Or cette ligne souffre de retards incessants. En cause, le réglage des feux tricolores, le stationnement en double file, les livraisons, etc. "Les temps d'attente posent problème, témoigne Naji. J'attends parfois plus de dix minutes et tout d'un coup, arrivent trois bus de suite". Selon lui, rallier Vaulx-en-Velin à St-Paul (Lyon 5e) peut prendre près d'une heure, surtout quand un conducteur passe le relais à un collègue, à Laurent Bonnevay. Cette lenteur est dissuasive : pour aller en Presqu'Ile, Naji préfère prendre le métro à Bonnevay. "Je sais que ça va beaucoup plus vite". Un projet resté en sommeil consiste à isoler cette ligne du reste de la circulation par un couloir dédié, comme c'est le cas à l'approche de la Presqu'Ile.

"Nous nous réjouissions..."

Cette réflexion "date du mandat de Raymond Barre qui prévoyait même un tramway pour la ligne C3", précise Richard Llung. "Je ne veux rien imposer, mais je ne veux pas qu'on nous impute des responsabilités qui incombent à d'autres", a lâché Rivalta, cité par Le Progrès, visant la municipalité villeurbannaise. En effet, l'aménagement de couloirs de bus nécessiterait selon lui la suppression de 200 à 300 places de stationnement entre le Totem et Bonnevay, une mesure forcément décidée par les élus de la commune.

"Il ne nous a jamais demandé si nous étions prêts à le faire", s'étonne Richard Llung qui apprend cette requête par "voie de presse". "Nous nous réjouissions d'apprendre que les études de faisabilité sont terminées. Nous aurions d'ailleurs apprécié que ces résultats fassent l'objet d'une présentation aux élus villeurbannais", attaque Jean-Paul Bret, dans un courrier qu'il adresse à Rivalta. L'aménagement de cette ligne "entraînera évidemment des modifications importantes de voiries, de trottoirs et de stationnement", poursuit le maire qui promet d'y associer les habitants.

Une ligne rocade en tramway

Un autre projet semble repoussé aux calendes grecques. C'est une ligne rocade en transports en commun, desservant la Doua, Gratte-Ciel, les Hôpitaux Est et Gerland. Un axe que les élus villeurbannais imaginent en tramway. "Le Sytral a présenté publiquement le prolongement de T1 de la Confluence à Gerland comme le début de la ligne A7", relève Llung. Là encore, le Sytral détient des études qu'il s'est bien gardé de transmettre.

Cette ligne est essentielle pour Villeurbanne qui souffre d'un manque de lien entre ses quartiers. En effet, chacun d'eux est connecté à Lyon par des axes est/ouest, tandis que les liaisons nord/sud font défaut. Richard Llung préfère toutefois invoquer un projet "qui compte pour toute l'agglomération, qui relierait Gerland aux Hôpitaux Est, qui ferait le lien entre les deux campus".

à lire également
Bus C3
Le Sytral dévoile aujourd’hui son plan d'investissements en matière de bus "propres" sur le réseau TCL.  Dès 2020, une ligne sera entièrement desservie par des bus électriques. Les bus 100 % électriques et à hydrogène vont faire leur apparition sur le réseau TCL ces prochaines années. Ainsi, dès 2020, la ligne C16 entre Charpennes et route […]
2 commentaires
  1. Elyonor - 15 octobre 2010

    Ce Rivalta est un fléau de l'intérêt général. Pas étonnant de voir (lien ci-dessous) par qui Rivalta est soutenu.

  2. maggaly - 14 novembre 2010

    Qu'on arrête de tergiverser : C3 est saturée, toute personne censée et n'importe quel véritable expert des transports en commun pouvait le dire. Mais il ne faut pas contredire la pensée dominante (gauche - droite même combat). C3 n'a d'avenir que sous la forme d'un tramway. Et ça sera dur à vivre pour le lobby automobile : tant mieux, Lyon a besoin de respirer sans se bousiller la santé avec des gaz d'échappement !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut