G. Collomb et E. Tête à la préfecture le 23 mars 2014
G. Collomb et E. Tête à la préfecture le 23 mars 2014 © Tim Douet

Pourquoi les Verts ont rallié Collomb

L'accord est gagnant-gagnant. Les Verts conservent des postes à la Ville comme au Grand Lyon. Gérard Collomb lui se donne les moyens de sortir du jeu Nathalie Perrin-Gilbert dans le 1er et Michel Havard dans le 5e. Se faisant, il en profite pour semer la zizanie dans les rangs écolos.

Sur les réseaux sociaux, les plus naïfs ou les plus manipulateurs affichent leur incrédulité à l'égard de l'alliance entre Gérard Collomb et les écologistes. Pour les plus cyniques et donc pour la classe politique, cet accord n'a rien de surprenant. "Nous étions parti en autonome mais nous ne voulions pas passer six ans dans l'opposition", glisse un Vert Collomb-compatible. Dès le début de la campagne, Étienne Tête, en froid avec Gérard Collomb depuis qu'il a été viré de la tribune des adjoints, expliquait qu'une alliance serait tout à fait possible, au-delà des inimitiés. Cette fusion de listes permet au bout du compte à chaque signataire de sauver la face.

Les Verts rattrapés par la manche

"Gérard Collomb aurait pu gagner sans nous grâce aux triangulaires avec le FN. Nous avons fait 8,8 % au premier tour, on en tire le bénéfice que l'on peut", soupire Bruno Charles, soulagé d'avoir été rattrapé par la manche. Cet élu 7e devrait ainsi pouvoir continuer d'occuper une vice-présidence au Grand Lyon. Tous les élus et cadres d'Europe Écologie à Lyon conserveront leur mandat. Les écolos seront 5 au conseil municipal. Leur groupe qui s'est équitablement scindé en deux en cours de mandat en comptait 8 en 2008. "Les Verts se retrouvent avec nous, même si on aurait pu gagner sans eux. Ce n'est pas honteux pour eux de rechercher un accord qui leur permet de continuer à exister", estime Jean-Yves Sécheresse, actuel président du groupe socialiste au conseil municipal.

Une alliance qui passe mal chez les Verts

Pour Gérard Collomb, ce sacrifice devrait s'avérer plutôt indolore en comparaison des ennuis qu'il s'évite. Dans le 3e, par exemple, pour faire de la place à Françoise Chevallier, il éjecte Mireille Roy, une ancienne écolo qui l'avait suivi après l'épisode Meirieu. Les écolos continueront à occuper une place dans la majorité mais n'auront pas le poids suffisant pour infléchir la politique de la majorité socialisante. L'alliance devrait, en revanche, lui offrir la victoire dans le 5e face à Michel Havard. Elle entretient aussi l'espoir de sortir Nathalie Perrin-Gilbert du jeu. "Gérard Collomb nous fait incarner une alliance qui lui permet de continuer son oukase contre Nathalie Perrin-Gilbert. Avec 10 % au premier quand Nathalie Perrin-Gilbert fait 34 %, quelle légitimité ? Gérard Collomb nous instrumentalise dans sa guerre avec la maire du 1er arrondissement. Il fait de nous un parti qui ne respecte pas le choix des électeurs. Nous ne pouvons plus incarner le renouvellement démocratique, l'alternative à gauche. Nathalie Perrin-Gilbert va gagner, et je le souhaite. Je ne ferai pas campagne cette semaine", peste un militant Europe Écologie de la Croix-Rousse. D'ailleurs au PS comme chez Les Verts, le gain du 1er relève du fantasme. "La dynamique est du côté de Nathalie Perrin-Gilbert. Il faut attendre dimanche mais c'est mal parti", nous explique un des signataires de l'accord.

Les Verts revendiquent leur part du "modèle lyonnais"

Finalement, c'est en pensant au Grand Lyon que Gérard Collomb a apposé sa signature sur le contrat de mariage arrangé. La progression de la droite un peu partout dans l'agglomération le contraint à consolider ses bases arrières lyonnaises. Le maintien des écolos lui aurait aussi coûté symboliquement. Gérard Collomb aurait gagné la ville mais en dépassant la barre des 50 % que dans le 8e et le 9e. La quête du prestige et d'un succès médiatique à résonance médiatique l'a donc contraint à revenir sur sa gauche plurielle. Il a tenté de passer en force mais ses partenaires politiques de la première heure, en 1995 Gérard Collomb et Gilles Buna inventaient la gauche plurielle, l'ont rappelé à l'ordre : ils font partie intégrante de son "modèle lyonnais".

à lire également
David Kimelfeld et Gérard Collomb au conseil métropolitain, le 10 juillet 2017, jour de l'élection du premier © Tim Douet
Le maire de Lyon, et ex-ministre de l’Intérieur d’Emmanuel Macron, se déclare officiellement candidat à la présidence de la métropole du Grand Lyon, occupée par David Kimelfeld depuis son départ pour Beauvau au printemps 2017.
9 commentaires
  1. kaoetic - 25 mars 2014

    Après avoir humilié sa tête de liste O Belinga il se paie la tête de 'Tête' .C'est une histoire de prise de tête que nous fait notre 'sarkoziste lyonnais' ? Si après tout cà il n'a pas mal à la tête ?! Vivement dimanche que sa une grosse tête ( pas d'oie) se dégonfle !...

  2. grossegamelle - 25 mars 2014

    Le 1dr arrt sera gagne par NPG et ce sera encore une erreur de strategie des equipes Collomb. De plus, ils vont se coltiner les opposants verts pendant tout le mandat: bon courage!!!

  3. Kriss69 - 25 mars 2014

    Le bon exemple à suivre pour nos Verts Lyonnais : un stage à Grenoble ! Un peu d'opposition ne fait pas de mal ! Les écologistes Grenoblois siègent dans l'opposition depuis 2008 à Grenoble et 6 ans après obtiennent plus d'électeurs que les socialistes..

  4. Marine - 26 mars 2014

    Je lis cet article avec stupeur. Comment les écolos ont ils pu se 'marier' avec Collomb. Ils n'auront aucun pouvoir exécutif, aucune décision à donne, aucun poids. Monsieur Collomb va les manger à chaque réunion. Franchement je ne vote pas dans le 1er arrondissement mais j'espère que NPG va être élue. J'espère que la Droite va prendre aussi quelques villes autour de Lyon de façon à diminuer le pouvoir de ce Monsieur.

  5. plusdsou - 26 mars 2014

    ce sont les mêmes que ceux du gouvernement,ils crachent dans la soupe d temps à autre, et reviennent vite bouffer dans la grande gamelle pour passer à la caisse l'inauguration du grand stade sera le point d'orgue du bal des faux culset après on s'indigne (QUI à votre avis???) du score du front national affligeant spectacle

  6. grandlyonnaise - 26 mars 2014

    il est né minable et mourra minableet entre temps, il aura servi SON intérêt personnel en souhaitant faire croire que ce serait d'intérêt général qu'il se conduise comme POUTINE et tous affidés le suivent comme des mendiants

  7. Epsilon - 26 mars 2014

    plusdsou, si vous trouvez quelqu'un d'assez débile pour voter FN parce qu'il ne comprend pas que parfois il faut faire des alliances contre-nature, merci de le signaler aux services psychiatriques

  8. plusdsou - 26 mars 2014

    epsilon,je pense que vous n'avez pas compris grand chose dans le cas présent. cette pantalonade contribue plutôt au 'tous pourris' argument de base de certains les électeurs du front national sont confortés quand on les traite de débiles ,vous les victimisez c'est ce qui les conforte dans leur raisonnement, voila pour la psychiatrie. si vous pouviez me dire pourquoi vous êtes d'accord et si vous serez dans la tribune lors de l'inauguration du grand stade avec les amis tête et collomb?

  9. Epsilon - 27 mars 2014

    Je ne comprends pas quel élément vous a laissé pensé que j'étais d'accord, ou que tête allait arrêter de se battre contre le stade inutile? Parce qu'il sera dans un conseil municipal? Vous seriez pas un peu manichéen? J'imagine que vous travaillez seul chez vous parce que vous ne savez pas travailler avec quelqu'un qui n'est pas d'accord avec vous?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut