Nassira Boucherit, simple comète ou figure émergente du PS lyonnais ?

Nassira Boucherit fait campagne pour obtenir l’investiture des militants socialistes pour les prochaines législatives. À 47 ans, cette militante de base, soutien de François Hollande, était une parfaite inconnue chez les apparatchiks du PS local. Elle pourrait s’inscrire plus durablement dans le paysage. Explications.

On ne peut espérer le renouvellement de la classe politique et se désintéresser, dans le même temps, des têtes nouvelles qui émergent. Parmi ces nouveaux venus, Nassira Boucherit, quatre années seulement de cotisations au PS et déjà candidate à la candidature pour les législatives de 2012. Quasi inconnue au sein même de la fédération socialiste avant cette candidature, elle tenait une conférence de presse ce lundi. Pas plus de deux journalistes y assistaient.

Nassira Boucherit est candidate sur la 7ème circonscription, celle de Bron, Vaulx-en-Velin et Rillieux-la-Pape. Elle dispute une primaire face à Hélène Geoffroy pour tenter de remporter le vote de désignation des militants socialistes prévu ce jeudi sur un secteur traditionnellement acquis à la gauche. Le siège était occupé jusqu’alors par Jean-Jack Queyranne, député depuis 1981 sans aucune discontinuité avec un seul intermède de 1993 à 1997. Le président (PS) de la région Rhône-Alpes a décidé de ne pas briguer un nouveau mandat parlementaire mais a choisi sa candidate : ce sera Hélène Geoffroy.

Crête démagogique

Nassira Boucherit a conscience qu’elle ne part pas favorite mais ne désarme pas : "on ne part pas favoris mais on part gagnants" annonce-t-elle. Convaincue que les programmes pourront faire la différence, elle cherche à se différencier d’Hélène Geoffroy. Elle promet de verser 10 % de ses indemnités, si elle était élue, à une caisse de solidarité destinée à des prêts d’honneur "pour que les gens en difficulté puissent rebondir". Car elle sent le besoin de "parler de l’argent de la politique". Autre gage donné aux militants PS, la garantie de respecter le mandat unique. "Je ne suis pas une cumularde, je ne veux faire qu’un mandat" dit-elle.

Il est amusant de noter ici comment les élans juvéniles et pétris de bonnes intentions des débuts sont appréhendés et interprétés par ceux qui les reçoivent comme un flirt avec une crête démagogique. "Ne disent-ils pas tous ça au début ?" interroge-t-on. Réflexe cynique. Sur les logiques électoralistes, "on ne part pas avec des calculs électoralistes" intervient son suppléant dans cette primaire, Raynald Giacalone. Mais à 47 ans, et même si elle découvre les joutes électorales, Nassira Boucherit doit d’ores et déjà se coltiner une réalité très politicienne sur cette circonscription de Vaulx-en-Velin où les peaux de bananes entrent socialistes sont récurrentes depuis 2008.

Cartes et huisser

Premier sujet : l’ambiance détestable entre socialistes vaudais. Hélène Geoffroy et Philippe Zittoun, adjoint aux sports de Vaulx-en-Velin, se sont livrés une guerre sans merci dans cette ville de la banlieue Est. En jeu ? Le leadership socialiste sur Vaulx-en-Velin. À la suite des dernières élections municipales, l’un (Zittoun) a créé un groupe PS dissident au sein de l’exécutif municipal (apparenté communiste) quand l’autre (Geoffroy) refusait les conditions posées par le maire de l’époque, Maurice Charrier, pour intégrer la majorité. Schisme au sein de la section PS de Vaulx-en-Velin.

Les tensions ont été si exacerbées que la commission des conflits du Parti Socialiste a dû intervenir pour décider de l’exclusion de Philippe Zittoun en 2010. Entre Geoffroy et Zittoun, il y a un litige toujours pas dénoué semble-t-il. La radiation par Hélène Geoffroy d’une soixantaine de militants acquis à la cause de Philippe Zittoun. Nassira Boucherit s’est appropriée cette polémique qui date de 2010, même si, avec un sens politique déjà bien aiguisé, elle fait mine de découvrir ces radiations. "J’ai découvert cette liste de noms il y a peu de temps" dit-elle.

Une soixantaine d’adhérents opposés à Hélène Geoffroy, c’est autant de soutiens potentiels sur qui Mme Boucherit peut compter dans cette primaire de désignation. Mme Boucherit n’a pas d’ailleurs pas hésité à employer les grands moyens quitte à se mettre à dos le premier secrétaire fédéral, Jacky Darne. Lundi 21 novembre, un huissier de justice a débarqué au siège de la fédération PS du Rhône, cours de la Liberté dans le 3ème arrondissement comme l’a révélé l’hebdomadaire satirique Les Potins d’Angèle. L’objectif ? Exiger de Jacky Darne qu’il apporte la preuve que la procédure de non-inscription de cette soixantaine de personnes radiées en 2010 a bien été respectée. La réintégration de ces adhérents a tout de même été évoquée lors d'un bureau fédéral extraordinaire organisée lendemain de cette visite d'huissier.

Cache misère

Car Nassira Boucherit demande la réintégration de ces adhérents fantômes sur qui elle semble compter pour espérer devancer Hélène Geoffroy. Si elle y parvient, elle aura mis en échec la fédération PS du Rhône. Elle pourra alors peser durablement face à Hélène Geoffroy dans le paysage politique de la banlieue Est de l’agglomération qui, depuis les désaffections dans cette primaire de Queyranne et d’Annie Guillemot, maire de Bron (lire ici), laisse la voie libre à l’émergence de nouvelles figures politiques. Si elle échoue, elle devra parcourir les sentiers longs et ingrats du militant de base pour espérer atteindre une quelconque légitimité.

Au fond, le seul socle commun qui unit les deux rivales aux yeux des militants reste cet argument de la diversité dont elles sont toutes les deux issues et dont on commence à se demander si les apparatchiks du PS lyonnais n’en comprennent qu’une déclinaison possible : la diversité au féminin. De Farida Boudaoud à Najat Vallaud-Belkacem en passant par Hélène Geoffroy et maintenant Nassira Boucherit, il devient urgent pour le PS du Rhône de se pencher sur cette étonnante absence de voix masculine au chapitre de la diversité, cache misère (hélas bien utile) d’une crise de la représentativité en politique.

Pour aller plus loin, lire également :

5 mini-primaires en vue pour le PS

Derniers coups de théâtre dans les candidatures socialistes aux législatives

à lire également
Jean-Jack Queyranne conseil régional 4.01.16 Tim
Entretien. Resté fidèle au PS et fâché avec Gérard Collomb depuis les dernières élections régionales, l'ancien ministre de l'Intérieur et président de la région Rhône-Alpes Jean-Jack Queyranne souhaite que la gauche se rassemble pour proposer une alternative à Lyon. Il décrit Gérard Collomb comme "le ministre des bourdes", qui "a toujours joué perso" et qui […]
2 commentaires
  1. puce - 29 novembre 2011

    Mme Boucherit est pleine de bonnes intentions en disant qu elle reversera 10 pour cent de ses indemnités aux plus démunis Elle devrait suggérer à son suppléant Reynald Giacalone adjoint aux associations dans la bonne ville de Bron de faire de même car lui ,bien que dans une municipalité de gauche s est augmenté de 10 pour cent sans état d âme et sans honte vis à vis des associations brondillantes qui elles par contre ont du mal à fonctionner vu le peu de subventions qu elles obtiennent. Il est vrai qu il ne se sent guère concerné puisqu il n habite même pas la ville dont il est adjoint La politique est un monde formidable!!!

  2. Le Petit Pop - 29 novembre 2011

    Envoyer un huissier pour faire réintégrer des personnes exclues statutairement d'une structure: avec ce genre de méthode pour une inconnue de 47 ans (quel est son passé militant, associatif, syndical?! on peut s'investir et être en responsabilité avant de candidater à un mandat ouvrant droit à indemnités!), il faut souhaiter qu'il s'agisse plus d'un épiphénomène qu'une figure émergente!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut