David Kimelfeld Georges Képénékian
© Tim Douet

Lyon : rentrée politique à la Part-Dieu, un quartier en chantier 

Au milieu des travaux, casques sur la tête, David Kimelfeld et Georges Képénékian ont fait leur rentrée politique ce mardi dans le quartier de la Part-Dieu. Un lieu en travaux et en pleine mutation que les deux élus ont choisi pour lancer leur année.

Comme chaque année, le président de la métropole a organisé la traditionnelle rentrée politique - finalement assez peu politique - à Lyon par une visite de chantier. Depuis que le corps du chef, Gérard Collomb, s'est séparé en deux suite au départ du ministre de l'Intérieur à Paris, c'est David Kimelfeld et Georges Képénékian, le maire de Lyon, qui ont orchestré cette promenade estivale ce mardi. Cette année, pas de tour de la ville en bus, pour les élus et journalistes présents, mais une déambulation dans le quartier de la Part-Dieu et ses innombrables chantiers. “On a choisi la Part-Dieu parce que nous pensons que ce projet, déjà bien engagé, montre une facette importante de ce que sera la métropole en 2030. Que ce soit sur le développement économique, le développement durable, l'accession au logement, la mixité des fonctions et les enjeux de mobilité”, s'est expliqué David Kimelfeld.

“C’est une reconstruction de la ville sur la ville”

D'ici 2030 le quartier offrira 40 000 emplois contre 20 000 aujourd'hui et la gare accueillera 220 000 voyageurs par jour contre moitié moins actuellement. “On va multiplier beaucoup de choses par deux ici”, prophétise David Kimelfeld. Une augmentation de l'activité et de l'affluence qui se traduit déjà visuellement dans le quartier par le nombre de chantiers en cours de réalisation. “On doit imaginer le futur des habitants de cette ville. Le foncier est déjà bien occupé ici, mais les gens passaient jusque là un peu en apnée, car il n'y avait pas de vue de la cité. Désormais, on devra trouver une végétalisation, des services, des commerces. En un mot une qualité de vie pour répondre à toutes les attentes du quotidien. C’est une reconstruction de la ville sur la ville”, confie Georges Képénékian.

Le plus grand centre commercial en milieu urbain d'Europe

Pour améliorer cette qualité de vie, des commerces vont s'implanter au pied des immeubles. Ce sera le cas d'un nouveau Ninkasi, à l'angle de la rue Desaix et du boulevard Vivier-Merles, ainsi que de nombreux espaces de co-working, des tiers lieux ou encore de crèches. Le centre commercial, dont les travaux ont déjà commencé, va être agrandi. Il passera de 127 000 à 160 000 m2, ce qui en fera le plus grand centre commercial en milieu urbain d'Europe. Un immense toit-terrasse de plus de 10 000 m2, une taille supérieure à la place des Terreaux, va être aménagé. Il accueillera de nombreux restaurants – une vingtaine serait déjà sur le coup –, un cinéma de 18 salles, ainsi qu'un incubateur de chefs comme ce qui se fait déjà actuellement à La Commune dans le 7e arrondissement de Lyon. En tout, 80 nouvelles enseignes vont s'installer dans ce centre commercial remodelé.

à lire également
Gérard Collomb juste après sa réélection comme maire de Lyon, le 5 novembre 2018 © Tim Douet
Dans une opération de communication visiblement organisée avec une partie des élus Synergies – Avenir, Gérard Collomb a fait part de sa vision pour l'avenir de la métropole qui passerait pour le maire de Lyon par la création d'un “Sénat territorial”.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut