europe ecologie les verts © tim douet_0140

Les écolos pris au piège des communistes

Emeline Baume et Nathalie Perrin-Gilbert © Tim Douet

Emeline Baume et Nathalie Perrin-Gilbert © Tim Douet

Analyse. Nathalie Perrin-Gilbert devrait rallier le Front de Gauche plutôt qu'Europe Écologie-Les Verts. En choisissant de s'allier avec les communistes, la maire du 1er arrondissement place les écolos dans l'impasse.

En avril, Europe Écologie-Les Verts lançait un grand appel au rassemblement à la gauche de Gérard Collomb. Le parti écologiste voulait fédérer les déçus des années Collomb. Aujourd'hui, leur démarche est en passe d'aboutir mais ils devraient être exclus de ce rassemblement. Le Gram et le Front de Gauche sont, en effet, en passe de s'allier. Depuis une poignée d'années, des cadres d'Europe Écologie-Les Verts draguent pourtant Nathalie Perrin-Gilbert. La guerre des femmes dans le 1er entre la maire sortante et Émeline Baume, co-tête de liste d'EE-LV avec Étienne Tête, a fait capoter toute possibilité d'alliance. Nathalie Perrin-Gilbert s'est donc tournée vers les communistes et le Front de Gauche, avec succès jusqu'à présent.

Qui est responsable de la désunion ?

"Je les trouve gonflés de dire que le rassemblement a capoté à cause de nous, juge un membre du Front de Gauche. Ils nous ont proposé un rendez-vous à une date qui ne nous convenait pas. Après, ils n'ont plus voulu répondre à notre invitation. Ce sont eux qui ont poussé le Gram vers nous. Ils voulaient s'allier avec elle et les autres partis du Front de Gauche mais pas avec les communistes avec qui ils ne voulaient pas partir. Europe Écologie-Les Verts s'imaginait comme le parti hégémonique du rassemblement à gauche. Avec la présence du PCF, c'est devenu impossible et ils ne peuvent pas se rallier à eux et donc à nous. Ils ont donc tout fait pour brûler les ponts", constate un élu du Front de Gauche qui a négocié un temps avec les écologistes.

Emeline Baume © Tim Douet_0049 ()

©Tim Douet

Europe Écologie justifie son arrêt des négociations par une volonté d'enclencher la campagne. "Nos militants en avaient marre d'attendre. Le choix tardif des communistes repoussait le calendrier. Plus le temps passait, plus on se divisait entre nous à cause de nos divergences sur la place que nous étions prêts à laisser aux partenaires. Dans le 1er, la situation était devenue ingérable entre Nathalie Perrin-Gilbert et Émeline Baume", explique une élue verte. Le probable ralliement de la maire du 1er au Front de Gauche est ainsi plutôt bien vécu par une partie des écologistes lyonnais.

Sans Perrin-Gilbert, une liste qui peut fusionner avec Collomb

Il permet à des sortants très compatibles à Gérard Collomb de rester sur la liste autonome. Le choix des militants communistes de rompre avec le maire de Lyon est présenté comme la fin du grand rassemblement désiré depuis le printemps. "Nous avions négocié une organisation et un projet avec le Gram et les partis composant le Front de Gauche. Il était trop tard pour relancer des discussions avec le PCF. De toute façon, nous ne pouvons pas faire campagne ensemble. Ils sont sur le refus de l'austérité quand nous portons une transformation écologique de la société", poursuit une élue Europe Écologie. Elle note d'ailleurs avec amusement que Nathalie Perrin-Gilbert a été d'accord avec le projet porté par les deux partis aujourd'hui inconciliables.

Une division qui pourrait faire le jeu du PS

L'absence de grand rassemblement rend toutefois les écologistes moins sereins sur leur chance de conserver des élus et donc de réunir 10 % des voix au premier tour. Longtemps espéré la victoire dans le 1er arrondissement est désormais illusoire sans Nathalie Perrin-Gilbert. "Nous sommes fragilisés. On tablait sur un score entre 15 % et 20 % sur certains arrondissements et l'objectif est désormais de faire plus de 10 %. Le problème existe chez nous mais aussi chez les communistes qui ne feront pas plus de 5 %", essaie de se rassurer un écologiste.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut