léglise

Législatives 14e circonscription : Pierre Léglise veut ''un système de crédit productif public''

SÉRIE (14e circ./14) – Dans le cadre de la campagne des législatives, les candidats du Rhône répondent au questionnaire envoyé par Lyon capitale : quelles propositions de lois voteront-ils s'ils sont élus à l'Assemblée nationale ? Lesquelles soumettront-ils eux-mêmes au Parlement ? Pierre Léglise nous répond. Il est candidat Solidarité et Progrès dans la 14e circonscription du Rhône (Cantons de Saint-Fons, Vénissieux, partie de St Priest).

Lyon Capitale : Êtes-vous pour ou contre le mariage homosexuel ? Et l'adoption par des couples homosexuels ?

Je suis pour le mariage homosexuel, dans la mesure où je considère que chacun est libre de créer l'union qu'il souhaite. Je suis pour l'adoption par des couples homosexuels, car je pense que ce qui détermine les principes et l'éducation d'un enfant n'a rien à voir avec la sexualité des parents, mais dépend du caractère personnel de chacun, et du contexte social dans lequel l'enfant et les parents évoluent. Une personne homosexuelle ne subissant pas de ségrégation de la part de patrons ou collègues, pourra se sentir intégrée et n'aura pas besoin de rejoindre une quelconque ''communauté'' pour s'épanouir. La France a adopté un modèle républicain, cet idéal charrie des valeurs de respect et de dignité humaine, et c'est pour ça que la France doit être une communauté soudée. Ce n'est que dans un contexte socio-culturel sain qu'un enfant peut se développer et s'épanouir, et aucun jugement ne doit être porté sur la sexualité de chacun.

Êtes-vous pour ou contre la surtaxe Hollande de 75 % pour les revenus au delà d'un million d'euros annuel ? Souhaitez-vous créer des exceptions pour certaines professions (sportifs, artistes…) ?

Je suis pour la surtaxe Hollande de 75 % sur les revenus au delà d'un million d'euros. Jacques Cheminade l'a d'ailleurs défendue lui aussi, et je la défends. Je ne suis pas pour créer d’exception, ni pour les artistes, ni pour les sportifs. En effet je trouve indécent de payer qui que ce soit avec de si hauts revenus. L'accès à la culture est ce qui permet le développement intellectuel et émotionnel d'une société, aussi je considère que le but ne doit pas être la promotion de quelques artistes banderoles, payés une fortune et orientant la dynamique de toute une population, mais bien la pluralité maximale d’œuvres et d'artistes, permettant une véritable diversité des idées et des possibles.

Souhaitez-vous une intervention de l'État pour limiter la hausse du prix de l'essence ?

Je sais que dans la situation actuelle, beaucoup de gens attendent une réponse immédiate à ce type de problème. Néanmoins, il n'est rien de plus faux que de vouloir parler du prix de l'essence, sans aborder le problème de la spéculation. En effet, sachant que le prix peut parfois varier 10 fois entre le moment ou le cargo de pétrole part et arrive à bon port, allant parfois même jusqu'à être détournés de leur route initiale afin de permettre une variation des prix et vendre ainsi à meilleur coût. Il s'en suit parfois des accidents entraînant des marées noires. Tout ceci est inadmissible, et je tiens à mettre l'emphase sur la nécessité de faire arrêter les jeux en bourse sur les matières premières, les denrées alimentaires, le droit de polluer. On ne doit pas jouer avec ce qui se mange ou ce qui sert le développement humain dans son ensemble. Dans l'immédiat je suis pour un gel des prix de l'essence, mais ce ne peut être qu'une solution temporaire.

Pensez-vous qu'il faille réduire l'immigration légale en France ?

Je pense que la question n'est pas à formuler dans ces termes, car elle omet de parler de la cause fondamentale de l'immigration, c'est-à-dire l'empêchement quasi systématique d'un développement des pays du sud, spécialement en ce qui concerne l'Afrique. Ces pays sont soumis à une pression de la dette énorme : impossible donc d'avoir accès à une vraie industrialisation, une agriculture organisée, et des relations de partenariat entre pays à échelle panafricaine. La France est une terre d'accueil pour les étrangers et ce, depuis longtemps. Cependant les conditions actuelles d'accueil sont déplorables et vont de pair avec la crise monétaire que nous traversons. Nous devons réinstaurer de vraies conditions d'aide à l'insertion, des formations linguistiques, des maisons du citoyen, des maisons de la vie associative et surtout, des emplois pour tous. Cependant si je veux être réellement cohérent avec ma démarche, le changement doit se faire à échelle internationale, et la France doit être inspiratrice de cette dynamique. Au travers d'un système de crédit productif public, et une annulation de la dette africaine, nous devons aider au lancement de grands projets pour les pays d'Afrique. Pour commencer, nous devons résoudre le problème de l'eau et de la nourriture, et permettre un accès à la formation et aux grandes écoles sur place. C'est uniquement dans ces conditions que la question de l’immigration aura un sens, si les immigrés viennent sur le sol français non pas par dépit car leur pays n'offre pas de perspective d'avenir, mais par véritable volonté de partage de la culture et des connaissances. En attendant, nous nous devons d'être exemplaires afin d'inspirer le reste du monde, je ne pense donc pas qu'il faille réduire l'immigration légale en France, par souci de solidarité internationale.

Êtes-vous pour imposer un écart maximum de 1 à 20 dans la rémunération des salariés des entreprises publiques ? Des entreprises privées ?

Oui, je pense que cet écart est justifié. Je crois que nous devons retrouver une notion de solidarité au sein de la société française, et notamment sur la question des salaires. Je crois que l'écart entre un SMIC à 1 096,94 euros et un revenu maximal à 21938,8 euros est tout à fait juste. Je pense qu'un écart plus large est indécent.

Êtes-vous pour ou contre le droit de vote des étrangers aux élections locales ?

Je suis pour le droit de vote des étrangers aux élections locales, je trouve normal qu'un étranger vivant depuis plus de 5 ans sur le territoire et payant l'impôt, puisse s'exprimer par le biais du vote. Il ne doit pas faire l'objet d'une exclusion, et je trouve scandaleux que des gens habitant depuis plusieurs dizaines d'années sur le sol français n'aient pas accès à ce scrutin.

Pensez-vous qu'il faille conserver Hadopi ? Si non, par quoi souhaitez-vous la remplacer ?

Je pense que Hadopi est une loi liberticide qui prend le problème dans le mauvais sens. Elle ne protège en aucun cas les auteurs qui continuent de se voir vendre la totalité de leurs droits. Elle pénalise les internautes pour qui l'accès aux œuvres devient très limité. Les seuls bénéficiaires de cette loi sont, de fait, les producteurs et les artistes jouissant d'une notoriété telle qu'ils peuvent faire valoir leurs droits ou devenir coproducteurs de leurs réalisations. Cette loi est donc une loi pour le ''business'' mis en place par les puissances financières que je dénonce. Les artistes devraient pouvoir s’organiser en auto-producteurs ou en coopératives pour diffuser leurs œuvres. Un label doit leur être fourni pour diffuser sur une plate-forme en ligne, avec une subvention fournie à des individus, non à des structures. Je propose une taxe en leur faveur de deux euros par mois et par abonnement, levée sur les fournisseurs d’accès à internet. Nous devons voir émerger une nouvelle vision de la culture, qui soit orientée vers l'émancipation de chacun et la beauté, et non plus vers ''l'art inutile'', au service de l'argent.

Êtes-vous pour ou contre une aide publique à la construction de mosquées ?

Ne se prononce pas.

Êtes-vous pour ou contre le retour à la semaine de 5 jours à l'école ? Si oui, préférez-vous que la nouvelle matinée de classe soit le mercredi ou le samedi ?

Je suis contre la semaine d'école de 5 jours. En effet, l'école est faite pour fournir une instruction et des principes républicains à l'enfant, mais le temps libre est tout autant nécessaire. Celui-ci doit être propice au développement émotionnel et physique de l'enfant. André Malraux écrivait : ''La culture c'est ce qui répond à l'homme quand il se demande ce qu'il fait sur terre'', je crois que c'est fondamental. Nous devons permettre un accès aussi gratuit que possible à l'étude musicale ainsi qu'à la pratique sportive. José Antonio Abreu, fondateur d'El Sistema au Venezuela explique bien qu'au même titre que l'intellect ou le sens moral, les émotions doivent être éduquées, dans un souci d'apporter à l'enfant une base profonde qui lui permettra de faire des choix qui le rendront plus libre. Un poète allemand du nom de Friedrich Schiller appelait cela l'éducation esthétique. Cette journée pourra être utilisée dans ce sens.

Êtes-vous pour ou contre l'encadrement des loyers ?

Je suis pour un encadrement des loyers, d'autant plus dans un système où la spéculation fait tant varier les prix, soumettant les populations à des hausses subites et injustifiées, ou même à des expulsions devant l'incapacité de payer. C'est inadmissible, et un encadrement des loyers pourra permettre de réguler cette spéculation, en attendant de la voir interdite.

Êtes-vous pour ou contre l’énergie nucléaire ?

Je suis pour une énergie nucléaire du futur, le développement des centrales de 4ème génération à sécurité intrinsèque. Le but serait d'orienter la recherche vers la fusion d'hydrogène contrôlée, en investissant non seulement dans le confinement magnétique, mais aussi le confinement inertiel (allumage au laser). Le critère à prendre en compte en terme d'énergie est la « densité ». On obtient la même quantité d'énergie avec 25 tonnes de bois qu'avec 1,5 grammes d'uranium. Néanmoins une énergie telle exige des responsabilités bien plus grandes, notamment en ce qui concerne le retraitement des déchets. Aussi je pense que l'énergie nucléaire ne peut pas aller avec une politique économique à court terme, et dans une culture qui ne se préoccupe de ce que sera demain, mais pas après demain. Cela ne signifie pas mettre un terme à l'énergie nucléaire, mais bien accroître notre capacité à investir dans son évolution et créer les conditions sociales et éducatives qui permettront de mener à bien la mission énergétique et nous préparer à l'accueil des nouvelles générations.

Êtes-vous pour la légalisation de l’usage de cannabis ?

Je ne suis pas pour la légalisation de l'usage du cannabis. Néanmoins, je pense que le cannabis doit continuer à faire l'objet de recherches médicales, afin de rendre compte de la possibilité d'isoler certaines molécules utiles à des fins thérapeutiques. La consommation de cannabis que ce soit sous forme de résine ou d'herbe, doit continuer à faire l'objet d'une sensibilisation aux dangers réels, et si besoin d'une répression. Il est médicalement prouvé que le cannabis, pris de façon régulière, entraîne une baisse de la concentration générale, une difficulté à raisonner. Chez certaines personnes le cannabis peut engendrer ou aggraver un certain nombre de troubles psychiques comme l'anxiété, la panique et favoriser la dépression. Victor Ivanov le directeur du service fédéral de contrôle des narcotiques et président du comité anti-narcotique de Russie a dit récemment que la drogue est une forme d'esclavage moderne. Je suis entièrement d'accord avec ses propos qui me semblent être d'une grande justesse. On sait qu'en mars dernier la banque britannique Coots a été épinglée pour blanchiment d'argent. On est en droit de se demander combien de banques ont pratiqué ce type d'activité. Raison de plus pour lancer une commission d'enquête parlementaire, afin de faire le jour sur ce qu'il se passe dans les comptes et hors bilan des grandes banques d'investissement.

Êtes-vous pour ou contre la réalisation des projets autoroutiers qui concernent l’agglomération : A45, COL, TOP ?

Le problème rencontré par les bouchons sur les quais du Rhône est un problème inhérent à de nombreuses villes. Le fait est que de plus en plus de gens travaillent loin de leur lieu de vie, et je pense que c'est une des causes principales de l'engorgement des périphériques, ceintures, quais. Il est clair qu'un tel projet permettrait de fluidifier le trafic et serait avantageux, si tant est qu'il ne soit pas soumis à divers péages ou autres astuces de ce genre. Mais je crois qu'il faut aller beaucoup plus loin en proposant une vraie politique de transports urbains rapides permettant de désenclaver les villes et leurs banlieues, en complétant notamment les périphériques et ceintures des villes. Mais aussi en permettant une liaison rapide entre villes proches. C'est pourquoi je promeus un système de crédit productif public ainsi qu'un ministère du commissariat au plan, pour investir massivement dans des grands projets d'infrastructure permettant d'axer sur les nouveaux transports rapides (aérotrains, maglev...).

Quels sont vos engagements personnels en matière de cumul des mandats ? Pensez-vous qu’il faille une loi pour réglementer cette question ?

Je m'engage fermement à ne cumuler aucun mandat, car je pense que le travail de député est suffisamment complexe à exercer pour devoir assumer les responsabilités d'un autre mandat quel qu'il soit. Je trouve inadmissible que certains des élus d'aujourd'hui prennent tant à la légère cette question. Par ailleurs, je trouve dangereux de pouvoir présenter des candidats aux législatives sachant qu'ils ont déjà été promus ministres. Ce type de pratique doit cesser, car au-delà de l'aspect stratégique de la manœuvre, on peut y voir une dérive en termes de séparation des pouvoirs, ce qui est à éviter à tout prix. Par ailleurs, je pense qu'un élu ne doit pas se consacrer à moitié à son mandat, par respect envers les électeurs qui l'ont choisi.

Quels sont vos engagements personnels en matière de transparence sur les rémunérations et les conflits d’intérêts des élus ? Pensez-vous qu’il faille une loi pour réglementer cette question ?

Je pense que, comme aux Etats-Unis, les députés devraient avoir à rendre compte devant une assemblée citoyenne de leur rémunération, ou de la transparence de leurs comptes. En ce qui me concerne, je m'engage à toute la transparence possible, et à tout autant d'honnêteté. Encore une fois, le député a été élu par le peuple pour son rôle de législateur : c'est un poste de premier plan qu'il occupe au sein des institutions. Dans ces conditions, il se doit d'être un modèle pour tous afin d'inspirer la droiture à toute la population, malgré le fait qu'il évolue dans un milieu corrompu, ce doit être ce type d'autorité intérieure qui le guide.

Quels sont vos engagements personnels en matière de temps de présence à l’Assemblée nationale ? Pensez-vous qu’il faille une loi pour réglementer cette question ?

Je m'engagerai à être présent autant que possible à l'hémicycle pour discuter les projets et voter les lois. Je m'oppose au cumul des mandats car je vois mal comment fournir un travail de qualité sur chaque mandat en étant député et en même temps maire, ou encore conseiller régional. On comprend vite que nul n'est un surhomme quand on voit les députés s’endormir à l'assemblée, ou lorsqu’ils sont tout simplement absents. Je souhaite aussi être présent sur ma circonscription afin de continuer à dialoguer avec les électeurs, de façon à poursuivre le travail politique de terrain initié pendant la campagne.

Quelles propositions de loi envisagez-vous de faire à l'Assemblée nationale si vous êtes élu(e) ?

Je souhaite mettre en avant l'idée d'une commission d'enquête parlementaire pour aller fouiller dans les comptes des banques d'investissement ainsi que leurs hors bilan, afin de déterminer d'où est partie la crise et ce qui l'a engendrée. Je me battrai activement pour faire débattre et voter une séparation des banques strictes, et pas seulement des activités. Les activités bancaires séparées sous le même toit laisseraient la possibilité aux banques de commettre des dérives financières, et c'est ce que cette séparation stricte vise à éviter. Cette mesure vise également à empêcher le renflouement des banques d’affaires par les banques de crédit et de dépôt, afin de protéger l'épargne des gens et la possibilité pour ces banques de donner du crédit à des entreprises prometteuses, et pas seulement financièrement, mais bien humainement. Le troisième projet que je veux porter sur les bancs de l’hémicycle, est le retour à un système de crédit productif public. C'est à dire une banque nationale capable d'engendrer du crédit pour le développement du pays sur le plan des infrastructures, de la santé, de la recherche, de l'éducation et de l'énergie, et qui aurait retrouvé son rôle d’émission monétaire. Le but de ma candidature est de permettre une sortie de crise par le haut, c'est à dire vers un système meilleur, et orienté vers l'être humain et le développement de ses capacités. Pour cela nous devons sortir de l'ordre économique monétaire dans lequel nous vivons, et créer les conditions d'une renaissance culturelle orientée vers l'avenir, plus l’éternel présent.

à lire également
Police lyon
Un jeune vénissian de 19 ans, auteur de plusieurs coups de couteau dans la nuit du 17 septembre, a vu son affaire requalifiée en "violences aggravées" ce vendredi et a été placé sous contrôle judiciaire. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut