OL Land

Grand Stade : Aulas met la pression sur les politiques

Le 18 janvier et en toute discrétion, Jean-Michel Aulas a déposé sa demande de permis de construire en mairie de Décines-Charpieu pour l'OL Land. Vendredi, il présentera un comité de soutien à son projet. Le patron de l'OL change de communication sur le Grand Stade et met la pression sur les pouvoirs publics.

Jean-Michel Aulas a déposé, il y a huit jours, une demande de permis de construire pour son OL Land en mairie de Décines-Charpieu. Une démarche qu'il a publiquement déclaré ce mercredi matin dans les colonnes du Progrès. Le dépôt du dossier s'inscrit dans un contexte encore incertain. La déclaration d'intérêt général du projet se fait encore attendre depuis le mois de juillet. Mercredi dernier, Jean-Michel Aulas et Gérard Collomb avaient été reçus à l'Élysée pour faire la retape de leur projet. Ils en étaient ressortis en annonçant une réponse sous dix jours sur l'intérêt général. Parallèlement et sans gages d'intérêt général, Jean-Michel Aulas a donc fait avancer le projet qu'il porte depuis quatre ans désormais. Le dépôt du permis de construire mi-janvier se situe dans le tempo prévu pour une inauguration le 8 décembre 2013.

Un dépôt symbolique

"Cette démarche est anecdotique. Sur ce projet, le plus important sera l'enquête publique sur la révision du plan local d'urbanisme et l'avis des commissaires enquêteurs", estime Emmanuel Hamelin, conseiller municipal UMP à Lyon et opposant au projet. Jérôme Sturla, 1er adjoint à Décines-Charpieu et favorable à l'OL Land, reste lui aussi mesuré quant à la portée du permis de construire. "Nous allons le traiter comme tous les autres permis qui nous sont soumis. Seul le volume du dossier change : plus de 5000 pages. Nous le signerons si les critères juridiques sont réunis. Les services de la ville vont étudier le dossier qui nous a été remis. Si les éléments sont conformes alors nous le signerons. Cette phase n'a rien d'idéologique ni de politique, il s'agit juste de contrôler des points de légalité", précise l'adjoint socialiste de la commune qui doit accueillir le Grand Stade. Le permis de construire devrait être délivré entre juillet et septembre. Là encore, cette date correspond au calendrier prévisionnel donné en novembre par Gérard Collomb.

Aulas est prêt
Pour l'avancement du projet, cette démarche administrative ne chamboule rien. Elle confirme une volonté d'avancer sur un projet jusqu'à présent au ralenti. Son projet reste toutefois tributaire de nombreuses démarches engagées par le Grand Lyon et notamment l'enquête publique pour la révision du PLU. Les deux premières tentatives avaient été un échec et les commissaires-enquêteurs avaient rendu un avis défavorable et très salé sur la seconde. Si le permis de construire peut être attribué indépendamment de l'enquête publique ou de l'intérêt général, il est indirectement imbriqué dans ces démarches. Sans intérêt général, le projet sera remis en question. En attendant une réponse de Matignon sur cette labélisation indispensable, le président de l'OL a choisi d'avancer. Un moyen de mettre la pression sur toutes les collectivités publiques engagées dans le projet. Jean-Michel Aulas respecte le calendrier fixé par le Grand Lyon. Dans l'entretien qu'il a accordé au Progrès, il annonce avoir des garanties financières pour financer la construction du stade. Le message est clair : l'OL est prêt à mener à bien son projet. Aux autres d'en faire autant.

Fini l'OL Land, désormais il faut dire Stade des Lumières

Le dépôt de ce permis de construire marque aussi un tournant dans la communication du club de football. Jean-Michel Aulas, après des déclarations fracassantes en décembre où il s'en prenait aux élus UMP, tente de se dépolitiser. Il se désolidarise ainsi de l'empressement de Gérard Collomb concernant la déclaration d'intérêt général. Mais le changement le plus notable concerne le nom du projet. Oublié l'OL Land, pas assez marqué intérêt général et trop souvent associé au centre commercial qui doit être construit à côté du grand stade. OL Land avait aussi perdu en popularité comme le montre le sondage Lyon Capitale-Opinion Way. À la question "le Grand Lyon s'apprête à investir 180 millions d'euros publics pour réaliser les aménagements nécessaires à la réalisation du projet privé OL Land à Décines, principalement constitué d'un Grand Stade pour l'OL. Estimez -vous cela justifié ?", 64% des personnes interrogées avaient répondu non. Jean-Michel Aulas parle désormais de Stade des Lumières, une appellation bien plus neutre. Le patron de l'OL présentera aussi ce vendredi un comité de soutien à son projet. Au travers de ce coup de communication, Jean-Michel Aulas a apporté un message : il respecte le calendrier et attend que les politiques en fassent de même.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut