Alexandre Vincendet © Tim Douet

Gilets jaunes : pas aux maires d'organiser le grand débat selon Vincendet

Les Républicains du Rhône mettent en garde l'exécutif contre la volonté de faire peser la responsabilité du grand débat national sur les mairies. Alexandre Vincendet et Patrick Verchère estiment ce n'est pas aux édiles d'organiser la réponse à une colère dont ils ne sont pas responsables.

Ce sont désormais les modalités d'organisation du débat qui font débat. La consultation qui doit être lancée la semaine prochaine pour répondre à la grogne des Gilets jaunes s'effectuera notamment à l'échelle locale. Des cahiers de doléances doivent ainsi être mis à disposition dans les mairies du pays. Une initiative encouragée par Les Républicains du Rhône, "favorables à l’expression citoyenne".

Mais, par la voix d'Alexandre Vincendet et Patrick Verchère, le parti de droite met en garde contre la tentation de faire peser la responsabilité du débat sur les municipalités. "Les maires ne peuvent jouer le rôle d’amortisseurs des colères dont ils ne sont pas les responsables, c'est à l’État d’organiser le grand débat national grâce à la neutralité et le professionnalisme des préfectures", soulignent le maire de Rilleux-la-Pape et le député de la 8e circonscription du Rhône par voie de communiqué.

L'exécutif "dépassé par les événements"

"Les Républicains du Rhône et de la métropole de Lyon se réjouissent qu’enfin le gouvernement se rende compte que les maires jouent un rôle majeur dans la préservation de la cohésion nationale", ironisent-ils, s'agaçant du mépris qu'ils ressentent émaner de l'exécutif envers les édiles.

"Après que le président de la République a refusé de rencontrer les maires lors de leur dernier congrès alors qu’il s’était engagé à s’y rendre chaque année, après que la majorité les a vilipendés avec un #Balancetonmaire particulièrement insultant, c’est aujourd'hui sur les maires que le gouvernement, dépassé par les événements, compte s’appuyer pour réconcilier les Français avec le pouvoir en place et calmer leur colère", tancent les deux responsables de la droite rhodanienne.

 

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut