Capture d’écran 2012-08-30 à 16.14.55
@ Tim Douet

Gérard Collomb, "pas concerné" par l'appel de Martine Aubry

Comme on pouvait s'y attendre, Gérard Collomb n'a pas l'intention de répondre à la lettre ouverte de Martine Aubry publiée le 28 août. La Première secrétaire y appelle les parlementaires socialistes (207 députés, 94 sénateurs) à démissionner de leurs mandats locaux avant le 17 septembre. Explications.

Interrogé sur le sujet, mercredi 29 août, le sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb, a répondu qu'il ne se sentait "pas concerné" par l'appel de Martine Aubry. La Première secrétaire ne s'adressant selon lui qu'" aux nouveaux députés élus en juin et aux sénateurs élus en septembre 2011". Or la loi ne pouvant théoriquement pas s'appliquer de manière rétroactive, Gérard Collomb élu au palais du Luxembourg depuis 1999, réélu en 2004, ne serait donc pas concerné par l'appel de Martine Aubry. La Première secrétaire souhaite qu'un parlementaire démissionne de son mandat local dans les trois mois suivant son élection. Les nouveaux députés ont donc jusqu'au 17 septembre pour le faire.

Pour un Sénat à l'allemande

Dans tous les cas et comme François Rebsamen, Gérard Collomb s'est dit opposé, mercredi 29 août, à l'abandon de leurs mandats locaux par les sénateurs. "Le Sénat, c'est la représentation du peuple, des collectivités territoriales donc il vaut mieux que des élus des collectivités y siègent" a-t-il justifié. Gérard Collomb qui plaide in fine pour le modèle allemand espère que comme au Bundesrat qui représente les lands allemands, le Sénat s'occupera bientôt en France, en priorité, des lois sur les collectivités territoriales. "Sur ces lois-là, le Bundesrat a un pouvoir très fort de suspension des lois" note le maire. Gérard Collomb estime qu'"un équilibre des pouvoirs différent" doit s'appliquer "en France".

La commission Jospin qui planche sur la réforme du statut des élus doit rendre sa copie avant la fin de l'année. La loi sur le non-cumul des mandats sera votée avant fin 2013.

1 commentaire
  1. PERHAPS - 30 août 2012

    il est monstrueux cet homme là ! est ce un homme ? ou un dictateur ?en tout cas, il ne justifie pas les compétences du seul premier des 14 mandats qu'il s'est appropriés à coups de distribution de son écrêtement aux membres susceptibles de le renouveler Au fond, dans une élection de sénateur, il recueille les voix des élus asservis qui s'assurent ainsi une délégation ou une présidence de commissionvous voulez des preuves ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut