Collomb présente un bilan "sans point noir"

Gérard Collomb présentait jeudi son bilan au Grand Lyon. S'il voulait ainsi donner une image dynamique de son équipe, c'est raté. Tellement d'ailleurs qu'on se demande si l'objectif réel n'était pas soporifique, justement. Collomb ne voulait-il pas "endormir" un peu l'événement médiatique du jour, l'annonce d'une alliance entre Perben et les millonistes ?
Sur le fond, différents vice-présidents se sont succédés au micro pour détailler leur bilan, avec moult sigles incompréhensibles et précisions chiffrées. Collomb synthétise : le plan de mandat est rempli, et même dépassé. "On a fait un bond en avant sur les plans quantitatif et qualitatif tout à fait extraordinaire. Aujourd'hui, nous sommes la deuxième agglomération de France, alors qu'on était en concurrence avec d'autres il y a 7 ans. Notre challenge de demain, c'est avec les grandes métropoles européennes". Et d'ajouter que cela passe par le développement du Grand Lyon et de "l'ère urbaine, le défi de demain".
Collomb n'a pas joué les faux-modestes : "Quand on essaye de voir ce qui n'a pas marché, sincèrement on n'y a arrive pas. Même l'opposition n'arrive pas à trouver un point qui n'a pas marché." Il voit simplement une "ligne de fracture" possible pour les prochaines échéances : "On n'était pas obligés de mettre autant sur la mixité. (...) La plus grande réussite des berges, c'est qu'elles aient permis à des gens différents de se rencontrer (...) C'est à l'image des berges que nous voulons construire l'agglomération."
Après ce passage très politique, Collomb est revenu au technique pour expliquer que les retards pris par le périphérique ouest sont imputables au préfet, qui n'a pas défini les périmètres de sécurité. Mais le principal était ailleurs à ses yeux : "Le fait que nous soyons tous ensemble pour présenter ce bilan montre que cette équipe (...) a fonctionné, j'allais dire en "synergie" parfaite." Le plus important, c'était donc la photo : la quarantaine de vice-présidents réunis, rassemblant du PC au Modem et aux divers-droite de Synergie, fiers de leur bilan, et forcément prêts à repartir pour un mandat de plus. À nouveau ensemble derrière Collomb ? Personne ne s'est permis de répondre, laissant au Président le dernier mot : "Nous avons des batailles à mener dans nos communes. (...) Et après nous vous dirons comment nous entendons gagner la guerre."

"C'est à l'image des berges que nous voulons construire l'agglomération".
Gérard Collomb

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut