"Begag n'a pas voulu faire de projet"

Auteur du faux mail visant à déstabiliser la tête de liste du MoDem, Philippe de Longevialle, adjoint au maire de Grenoble, explique les raisons de son geste. Il n'appelle pas à voter pour Azouz Begag.

Lyoncapitale.fr : Un mot d'abord sur la méthode. Le faux mail, est-ce bien une méthode de responsable politique ?

Philippe de Longevialle : Je m'attendais à ce qu'on parle de ce faux mail, c'était le but de ma démarche. Je voulais provoquer le débat autour de la situation du MoDem en Rhône-Alpes, pas choquer. Peut-être que j'ai été maladroit. Si j'avais envoyé ce message avec ma propre adresse, je ne suis pas sûr que j'aurais eu un tel retentissement.

Aviez-vous parlé de votre initiative à Eric Lafond ?

Non, je n'ai eu aucun contact avec Eric Lafond. Il exprime des conflits lyonnais, survenus après les municipales.

Depuis, avez-vous reparlé à Azouz Begag ?

Il ne m'a appelé qu'une seule fois pour me dire que je n'étais pas retenu comme tête de liste départementale au profit de Morad Bachir-Chérif. Pourtant, je lui avais apporté mon soutien dès septembre 2009. Tout le problème vient du fait que tout était bouclé à l'été 2009. Les conseillers régionaux sortants se sont auto-désignés têtes de liste. Du coup, plusieurs responsables départementaux ont été écartés, comme Antoine Vielliard en Haute-Savoie avant d'être rappelé in extremis, Cyrille Isaac-Sybille dans le Rhône ou moi en Isère.

C'est un peu le principe des listes : beaucoup de candidats, peu de promus...

J'accepte de perdre une élection ou une désignation : en 1998, j'avais été sorti au dernier moment des listes. Mais là, on fait semblant de mettre en place un processus démocratique. Il y avait un groupe régional avec les présidents de fédération et les conseillers régionaux sortants. Il y a eu aussi sept commission de travail - j'étais responsable de la commission développement durable. Des propositions ont été formulées en novembre. De tout cela, il n'en est rien sorti. Le candidat n'a pas voulu faire de projet ! Tout comme il n'a pas voulu débattre avec les autres listes.

Vous évoquez dans votre communiqué les sondages très médiocres...

Ce qui est sûr, c'est qu'il n'y a pas de dynamique, ici ou ailleurs. Ce qui s'est passé en Rhône-Alpes s'est produit dans d'autres régions. Cela prouve qu'au MoDem, il y a un problème de gouvernance et de stratégie. De profondes remises en cause seront nécessaires après les régionales.

Remettez-vous en cause l'alliance avec Queyranne au 2nd tour ?

J'ai fait alliance avec le PS à Grenoble, mais sur la base d'un programme. Chacun a accepté les projets de l'autre.

Appelez-vous tout de même à voter pour la liste MoDem emmenée par Azouz Begag ?

Non.

à lire également
Laurent Wauquiez 10.16 région 2
Dans l'hypothèse où l’élection présidentielle aurait lieu ce dimanche, Laurent Wauquiez n'obtiendrait que 8 % des voix selon un sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match, Sud Radio et CNews. Emmanuel Macron, lui, est le président le plus populaire après un an de mandat depuis Jacques Chirac en 2003. C'est une petite claque pour Laurent Wauquiez. Le président […]

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut