Au Bourget, Tariq Ramadan a apporté sa caution à Soral et Dieudonné

Accueillis chaleureusement, ils se sont fait filmer avec un Tariq Ramadan souriant et amical.

Ces images serviront la propagande " électorale " de ceux qui espèrent sans doute pouvoir réitérer l'opération Euro Palestine de 2004 a laquelle ils avaient participé. (Voir la vidéo mise en ligne par Egalité et réconciliation, association d'Alain Soral)

Lors du meeting central de cette liste au Palais des Sports de Paris, le 8 juin 2004, le duo composé de Siné et Soral s'était livré à un exercice connu des rassemblements d'extrême-droite : à la tribune, faire siffler et huer par le public des personnalités en mentionnant leur patronyme juif. Le site officiel de la liste Euro-Palestine rend ainsi compte délicatement de cet épisode :

" Siné et Alain Soral se sont livré avec la salle à un petit jeu de devinettes, consistant à trouver les auteurs d'un certains nombre de phrases incroyables mais vraies, sorties de la bouche de divers supporters de Sharon, mais aussi de politiciens français... "

Après le scrutin, les responsables de la liste avaient fini par écarter Dieudonné et Soral trop marqués par leurs amitiés négationnistes.

Je continuerai à défendre le droit de Dieudonné à s'exprimer

La rencontre amicale et filmée du Bourget ne relève pas des images " volées " ou du hasard puisque Ramadan a publié sur son site un texte de justification dans lequel il mentionne même la mise en garde de ses proches :

" J'étais présent au 26e congrès de l'UOIF... Alors que je signais des ouvrages, Dieudonné et Alain Soral sont passés devant le stand : ils se sont arrêtés et nous avons eu un échange de quelques minutes.

" Beaucoup de personnes présentes m'ont reproché de les avoir salués alors qu'il y avait des caméras et des appareils photos qui les accompagnaient et qui "immortalisaient" cette rencontre comme d'autres pendant la durée du congrès. Au moment de notre rencontre, je ne savais pas, au demeurant, que Dieudonné et Soral avaient choisi le congrès du Bourget pour lancer la campagne européenne du "Parti antisioniste". "

Même justification que le Vatican à propos de Williamson : le pape et son entourage n'avaient pas eu le loisir de consulter Internet. Notons qu'il y a un autre partenaire à la campagne, en l'occurrence le Parti antisioniste du centre chiite Zahra-France, qui apporte la caution politique et sans doute financière du régime iranien. Cette officine diffuse aussi d'ailleurs une interview complaisante de Le Pen à l'occasion d'une réception en l'honneur du 30e anniversaire de la révolution islamique.

Ramadan poursuit :

" J'ai défendu, et je continuerai à défendre, le droit de Dieudonné à s'exprimer. En 2005, j'ai dit et répété publiquement que l'on ne pouvait pas accuser Dieudonné d'antisémitisme alors que, procès après procès, il était blanchi de ces accusations... "

En utilisant cet argument, Ramadan se moque du monde. D'abord parce que Dieudonné à été condamné deux fois, dont l'une pour une interview au Journal du Dimanche en 2004. Il y associait les Juifs à des " négriers reconvertis dans la banque, le spectacle et l'action terroriste " qui auraient " fondé des empires et des fortunes sur la traite des noirs ". Il fut condamné pour " provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale ou religieuse ".

Egalité et réconciliation débat de " la question juive "

Surtout, depuis 2005, Dieudonné a radicalisé son propos antisémite et négationniste, jusqu " à faire venir sur la scène du Zenith le 28 décembre 2008 Faurisson, symbole et porte- drapeau du négationnisme, dont le programme se résume dans la phrase suivante :

" Les prétendues chambres à gaz hitlériennes et le prétendu génocide des Juifs forment un seul et même mensonge historique. "

Quand à Soral, l'espace manque pour citer la litanie de ses propos antisémites. Quelques échantillons permettent de se faire une idée ; sur France2, dès le 21 septembre 2004, il avait déclaré en présence de Dieudonné :

" Parce qu'en gros c'est à peu près ça leur histoire -des juifs-, tu vois. Ça fait quand même 2500 ans, où chaque fois où ils mettent les pieds quelque part, au bout de cinquante ans, ils se font dérouiller... "

Son site actuel (Egalité et Réconciliation) va jusqu'à publier un texte intitulé " E&R et la question juive ", dont le propos essentiel est de nier l'existence de l'antisémitisme. Même lors de son départ récent du FN, causé par sa non-désignation en tête de liste, Soral a trouvé le moyen d'en donner une explication antisémite :

" ... Vous le savez maintenant, je ne serai pas tête de liste Front national pour l'Ile-de-France aux Européennes. Je n'ai rien à faire sur la liste Dubois, pas seulement parce qu'il est débile et bègue, mais parce que ce libéral atlanto-sioniste est sur une ligne diamétralement opposée à la mienne.

Certains " seront sans doute très étonnés d'apprendre que c'est Marine, qui s'est le plus violemment opposée à mon investiture, puis à ma deuxième place, allant jusqu'à déclarer, en pleine ratonnade à Gaza, qu'elle me préférait Sulzer [qui est Juif et secrétaire du groupe FN au conseil régional du FN, ndlr]... "

Soral le " marxiste " s'est aussi lancé récemment dans le soutien au pape Benoît XVI sur Williamson et le préservatif, tout en fustigeant sa visite au Mémorial de la Shoah à Jerusalem :

" Le plus triste dans cette histoire qui n'est pas finie -Benoît XVI devant se rendre très prochainement dans cette merveilleuse démocratie du Moyen-Orient qu'est Israël pour y lécher, conformément au rite de soumission mondialiste, la dalle de Yad Vashem et y abjurer un peu plus la religion du Christ, au profit de l'hérésie siono-shoatique... " Un choix politique délibéré pour Ramadan

Devant cette profusion de déclarations antisémites bien connues, Tariq Ramadan opère en réalité un choix politique délibéré, consistant à s'afficher publiquement et amicalement avec le duo faurissonien.

Il est bien loin de ses condamnations antérieures de l'antisémitisme. Ses " témoins de moralité " issus de la gauche radicale, qui l'ont tant défendu quand il a mis en cause les " intellectuels communautaires " juifs, réagiront-ils ?

Olivier Besancenot revendique de " faire le ménage des antisémites " lors des manifestations pour la Palestine (il s'agit en l'occurrence d'expulser Soral) mais son camarade Bensaïd reviendra-t-il sur le soutien sans faille alors apporté à Tariq Ramadan ? Celui-ci tente dans son texte un balancement rhétorique et formule une divergence :

" Je refuse néanmoins de la même façon les potentielles instrumentalisations de ma personne ou de ma pensée. J'ai dit et répété que rien, jamais, ne peut justifier un rapprochement avec l'extrême droite dont l'idéologie et les projets politiques sont à l'antithèse de ce que je défends.

" Je l'avais dit à des militants d'extrême droite comme à Marine Le Pen. Lors de notre courte rencontre au Bourget, c'est ce que j'ai dit et répété à Dieudonné et à Soral... "

Ramadan veut ainsi faire croire que lors de cette " courte " rencontre, dont le caractère amical et souriant est évident, il a trouvé le temps de sermonner le duo et les a mis en garde contre leurs alliances. Quelle blague ! A qui veut il faire croire qu'une telle discussion se tient devant les caméras ?

De plus, sa seule critique contre les alliances avec le FN convient parfaitement au duo. Dieudonné se prétend proche de Bové, bien qu'ayant fait baptiser sa fille sous le parrainage de Le Pen, dans une église intégriste de Bordeaux. Soral vient de quitter Le FN après y avoir fait une carrière météorique sous la protection de son dirigeant. Son slogan est " Gauche du travail, droite des valeurs ", qui évoque irrésistiblement le socialisme national.

Ramadan conclut :

" Entre la diabolisation et l'instrumentalisation potentielles des uns et des autres, ma position reste claire : rencontrer, écouter, débattre, critiquer. Cela veut dire refuser les atteintes (très sélectives) à la liberté d'expression (et donc défendre le droit de Dieudonné ou Soral à s'exprimer ou à se produire en France)... "

A nouveau, il épouse ainsi la posture de Dieudonné et de Soral, qui en font leur argument central. Il vient aussi au secours des Le Pen, Gollnisch, Horst Mahler, David Irving et tutti quanti, négationnistes et néo-nazis prétendument empêchés de s'exprimer.

Nous ne nous réjouissons pas que Tariq Ramadan " dévoile " enfin ses positions. La lâcheté dont il fait preuve à l'égard du duo est une bien mauvaise nouvelle. Son autorité et son prestige vont leur permettre renforcer la campagne antisémite dont ils sont les porte-parole.

Par Albert Herszkowicz | Memorial98 | 20/04/2009 | 11H15

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

Ailleurs sur le Web

à lire également
Marion Maréchal-Le Pen, aux Assises du FN, en février 2017, à Lyon © Tim Douet
La bataille fait actuellement rage à Lyon pour les élections municipales, en mars 2020. Mais quid de Marion Maréchal, l’ancienne députée du Vaucluse, désormais directrice d’une école privée d’enseignement supérieur, l’Issep, à Confluence (Lyon 2e) ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut