Capture d’écran 2014-04-18 à 17.34.36

L’UDI appelle à l’alliance avec Collomb... pendant 1h

Réagissant à chaud à la réélection de Gérard Collomb, la présidente par intérim de l’UDI du Rhône, Fabienne Lévy, a appelé – sur Facebook – à travailler avec le chef de l’exécutif communautaire. Avant de se raviser et d’effacer son post.

Capture d’écran 2014-04-18 à 15.13.02 ()

Mercredi après-midi. Quelques minutes après la reconduction de Gérard Collomb à la tête du Grand Lyon, la nouvelle présidente par intérim de l'UDI du Rhône, Fabienne Lévy, jette un pavé dans la marre sur Facebook. Elle enjoint à ses camarades centristes d'adopter une attitude d'ouverture envers le socialiste.

Un post effacé quelques instants plus tard

"Collomb appelle toutes les sensibilités à venir travailler autour de lui (...) Allez messieurs et mesdames travaillez (sic) avec Gérard Collomb dans le respect de vos diversités", écrit-elle.

Capture d’écran 2014-04-17 à 16.47.11 ()

L'élue, qui n'est pas conseillère communautaire, a effacé ce post une heure plus tard. Elle explique aujourd'hui avoir seulement appelé au dialogue, au-delà des partis, dans un esprit constructif. Il n'empêche, elle a aussitôt remplacé ce post par un autre, au sens tout différent (voir ci-contre). Pas question pour le groupe centriste d'envoyer des vice-présidents, au risque de "gêner" la présidente par intérim.

Clash avec Cochet

Ce vendredi, la conseillère municipale s'en prend au président départemental de l'UMP, Philippe Cochet, pour ses propos tenus après la réélection de Gérard Collomb. "Lyon a été la capitale de la résistance, Lyon a aussi été la capitale de la collaboration", avait-il déclaré à France 3. "Des mots qui tuent, des phrases honteuses (...) Je suis choquée et blessée envers tous ceux et toutes celles qui sont aujourd'hui visés par ces propos terribles et je condamne fermement cette comparaison funeste", réagit-elle dans un communiqué. "Le vote pour la présidence de Collomb est un vote qu'il faut respecter", ajoute-t-elle. À quelques mois de la naissance de la métropole (le 1er janvier 2015), l'hypothèse d'un exécutif élargi à la droite et au centre, comme en 2001, est évoquée.

à lire également
Alexandre Vincendet, dans son bureau à la mairie de Rillieux-la-Pape, en 2015 © Tim Douet
Le maire de Rillieux-la-Pape ne s’est pas encore déclaré candidat à l’investiture des Républicains pour la présidence de la métropole en 2020, mais il mène déjà une campagne interne. Alexandre Vincendet veut jouer Lyon contre le reste de l’agglomération et le renouveau face à un système à bout de souffle. Catalogué sur une ligne droitière, le président de la fédération LR du Rhône fait de Rillieux son laboratoire d’une politique qu’il veut plus pragmatique qu’idéologique. Entretien.
1 commentaire
  1. bruitdevert - 18 avril 2014

    Les observateurs de droite raillaient la division à gauche, mais visiblement à droite c'est pas non plus la grande union...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut