Blandine Brocard
© Tim Douet

11 vaccins obligatoires : Blandine Brocard (LREM) demande un débat

La députée de la 5e circonscription du Rhône, Blandine Brocard a tenu une conférence de presse aux côtés de différents députés pour demander de prendre le temps du débat avant de rendre obligatoire, au 1er janvier 2018, 11 vaccins pour les nourrissons (au lieu de trois actuellement).

Il s'agit là d'une démarche transpartisane, qui, selon le message véhiculé par Emmanuel Macron, doit aussi "dépasser les clivages politiques". "Quand la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a fait sa déclaration courant juin sur l'obligation qui serait portée à 11 vaccins dès le 1er janvier 2018, je me suis posé deux questions : pourquoi autant et aussi rapidement. Pour moi, il n'y avait pas d'urgence sanitaire démontrée et l'agenda législatif contraint à ce point-là, j'allais dire, mettait en péril mon travail parlementaire." Alors que Blandine Brocard s'est vue reprocher son inactivité sur les réseaux sociaux pendant trois mois après son élection, elle s'est positionnée clairement cette semaine sur une question de santé publique : la vaccination obligatoire. Alors que la décision doit être votée dans un mois, et ce dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale, la députée estime ne pas avoir les éléments nécessaires au "vote éclairé" induit par sa fonction.

Pour aller plus loin : "Vaccins, le doute des députés macronistes"

"Les Français ne sont pas bêtes"

"Sur le terrain, énormément de personnes m'interpellent à ce sujet et me font part de leurs interrogations. C'est un sujet très délicat parce qu'on a jamais pris le temps d'un véritable débat de fond qui ne soit pas partisan. On est tout de suite catalogué anti ou pro alors que pour moi, le débat ne se situe pas du tout à ce niveau-là, en tout cas dans un premier temps. En tant que députée, je veux pouvoir voter sur quelque chose que je comprends, en mon âme et conscience" détaille-t-elle. Pour la députée, pouvoir organiser un débat "serein" sur la thématique est essentiel pour entendre les différents questionnements, obtenir des études scientifiques et faire preuve de pédagogie. "Les Français ne sont pas bêtes, loin de là, et ils sont tout à fait à même de comprendre. Si on leur explique qu'il faut faire 5, 6 ou 7 vaccins en mettant les choses sur table, ils se vaccineront même sans que ça passe par une vaccination obligatoire" considère l'élue.

à lire également
David Kimelfeld et Gérard Collomb au conseil métropolitain, le 10 juillet 2017, jour de l'élection du premier © Tim Douet
Retour aux affaires lyonnaises pour Gérard Collomb ? Le ministre de l'Intérieur veut lancer dès septembre son association “Prendre un temps d’avance”, ouverte à la société civile, pour engager une dialogue sur l’avenir de la Métropole. Quand il s’agit de politique lyonnaise, Gérard Collomb ne perd pas temps. En témoigne son nouveau projet d’association ouverte à […]
3 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 4 octobre 2017

    Et n'oublions pas dans ce débat public qui se doit d'exister, sereinement, de parler des adjuvants, d'expliquer les mécanismes, autant biologiques/chimiques, qu'économiques ! 🙂 Les censures sont les armes pour détruire la démocratie. Non aux censures.

  2. inesP - 4 octobre 2017

    Si les vaccins sont si bons, pourquoi s’arrêter à 11 ? Je propose de vacciner tout le monde avec 80 vaccins. Mais d'abord laissez moi 5 minutes que j'aille acheter des actions des gros labo.

  3. FEFI - 10 octobre 2017

    Voilà de bonnes questions? Pourquoi 11? Pourquoi toujours ces injections?... sont Et quels sont ceux mis sur le marché par l'Industrie actuellement?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut