Assurance maladie

Une élue de Givors soupçonnée de fraude à la Sécurité sociale

Deux infirmières d’un cabinet libéral de Givors sont soupçonnées par la CPAM d’une fraude d’un million à la Sécurité sociale. L'une d'entre elle est également l'adjointe au maire de Givors, en charge de l'habitat et du cadre de vie.

Deux infirmières libérales ont été mises en examen ce vendredi pour escroquerie au préjudice de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) du Rhône. Cette affaire fait suite à une plainte de la CPAM, dont le service de lutte contre la fraude avait remarqué des anomalies dans les demandes de remboursement du cabinet. Une enquête avait alors été ouverte, et aurait révélé des actes surfacturés par le duo de professionnelles de la santé. La CPAM estime le préjudice financier à près d’un million d’euro sur une période courant d’août 2012 à avril 2017.

Si les deux infirmières ont été présentées devant un juge d’instruction, mises en examen et placées sous contrôle judiciaire, elles contestent cependant avoir floué leurs patients. Elles affirment qu’il s’agit de négligences dans leurs factures de soin, et non d’un acte délictueux. L’une des soignantes n’est autre que Brigitte D’Aniello Rosa, également adjointe au maire de Givors et chargée de l’habitat et du cadre de vie. Les investigations doivent se poursuivre dans le cadre d’une instruction, avant qu’un juge ne se décide à les renvoyer, ou non, les prévenues devant un tribunal correctionnel.

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut