Le garage de la caserne de gendarmerie de Grenoble incendié
© AFP

Un incendie criminel détruit le garage de la gendarmerie de Grenoble

Un incendie d'origine criminelle a ravagé le garage de la caserne de gendarmerie de Grenoble dans la nuit de mercredi à jeudi. Une cinquantaine de véhicules ont été brûlés et un gendarme a été légèrement intoxiqué.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, un violent incendie a détruit une cinquantaine de véhicules stationnés dans le garage de la caserne de gendarmerie de Grenoble. Un gendarme a été légèrement intoxiqué en essayant d'intervenir et a été placé sous surveillance au CHU de Grenoble. L'incendie s'est déclaré vers 3h30. Près de cinquante pompiers ont été mobilisés et il a fallu près de 3h pour maîtriser les flames. La gendarmerie a déclaré que l'incendie était "totalement isolé du coeur névralgique".

Le grillage de l'enceinte de la caserne aurait été "découpé à une hauteur d’environ 1,30m et les enquêteurs ont découvert des départs de feu à deux endroits différents", a indiqué la Gendarmerie confirmant une information du Dauphiné libéré. L'origine criminelle ne ferait donc que peu de doute. Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur a réagi dans un communiqué en indiquant vouloir tout "mettre en œuvre pour rechercher et identifier les auteurs de cet acte particulièrement grave afin qu’ils aient à en répondre devant la Justice."

L'ancien maire de Lyon a aussi exprimé "son total soutien aux militaires de la gendarmerie de Grenoble ainsi qu’à leurs familles". "Toutes les dispositions sont prises pour que les véhicules et matériels soient remplacés sans délai et que les unités de gendarmerie touchées par ces destructions soient en mesure de remplir leur mission de protection au profit de la population", a-t-il assuré. Une enquête a été ouverte et la section de recherches de Grenoble a été saisie. Parmi les véhicules brûlés figurent des véhicules de gendarmeries, mais aussi des voitures particulières.

à lire également
gendarmerie
Une vaste opération de contrôle de vitesse, menée mardi matin par les gendarmes du Rhône, à Collonges-au-Mont-d'Or, a conduit à la verbalisation de 23 automobiliste en un peu plus d'une heure, pour des excès de vitesse supérieurs à 25 km/h. Certains ont explosé les radars.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut