Proxénétisme : un gros poisson du crime organisé bulgare à la barre

Une dizaine de filles arpentant les trottoirs des rues Pasteur et de l'Université, entre décembre 2004 et mars 2006. La plupart 'péparées' à la prostitution et dont l'une a été séquestrée à l'âge de 17 ans, vendue aux proxénètes par son petit ami.

Cette semaine, la justice lyonnaise - toujours le tribunal correctionnel, jamais la cour d'assises, car le proxénétisme est qualifié de délit en France - s'intéresse à un autre réseau de proxénétisme bulgare. Dirigé par Atanas Tachkov Atanasov, surnommé Atanas, chef mafieux présumé, à la tête d'un réseau d'une dizaine de filles se prostituant pour lui sur les trottoirs des 7e et 2e arrondissements.

Ce caïd, ce mutri ("museau" ou "cou épais" qui désigne les anciens lutteurs, haltérophiles ou boxeurs reconvertis dans le crime organisé) sera jugé en correctionnelle pour proxénétisme aggravé, avec neuf autres prévenus. L'entraide internationale a permis aux juges d'instruction lyonnais de se rendre sur place, à Varna, et de démanteler la pyramide mafieuse*. D'après l'enquête : au sommet, Atanas, le cerveau, un gros poisson du crime organisé. Sous son autorité, trois proxénètes qui "géraient" neuf prostituées, dont trois - dans le box des accusés - chargées de surveiller, de fixer les emplacements de travail ou de prélever l'argent gagné par les autres filles. A Varna, Atanas menait grand train dans une villa de standing protégée par un mur d'enceinte avec un mirador, plusieurs caméras, des bergers-allemands et six hommes armés. En quelques années, Varna, troisième ville de Bulgarie, au bord de la mer Noire, à l'Est du pays, est devenu le QG de la prostitution bulgare. Les mutri roulent des mécaniques dans leurs rutilants 4x4 aux vitres teintées, escortés par des hommes armés jusqu'aux dents, et font la tournée des bars, des clubs et des restaurants. C'est ici qu'avant de partir en France, nombre de jeunes filles séjournent.

Après l'examen des faits hier, les prévenus devraient être entendus ces prochains jours. Tous ont, pour l'heure, nié les faits de proxénétisme.

* gangrené par le crime organisé (en 2006, l'économie souterraine aurait représenté jusqu'à 30 % du PIB du pays - Rapport d'information de l'Assemblée nationale d'avril 2006), membre de l'Union européenne depuis le 1er janvier 2007, la Bulgarie a autorisé le premier mandat européen émis par la France (Lyon en l'occurence) pour un de ses ressortissants, Atanas Tachkov Atanasov.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut