Michel Neyret © Tim Douet

Michel Neyret condamné à deux ans et demi de prison en appel

Comme en première instance, Michel Neyret vient d’être condamné ce mardi à deux ans et demi de prison ferme pour corruption, par la cour d’appel de Paris.

La cour d'appel de Paris a condamné, ce mardi 12 juin, Michel Neyret à deux ans et demi de prison ferme pour corruption. La cour d’appel de Paris a donc pris la même décision que la juridiction de première instance qui avait condamné l'ex-numéro 2 de la police judiciaire de Lyon à une peine similaire. Une décision dont avait fait appel le parquet.

Le procès a eu lieu début avril. La star déchue de la police était jugée pour “corruption et trafic d’influence passifs” et “détournement de scellés de stupéfiants” pour avoir notamment fourni des informations confidentielles à des membres du milieu lyonnais en échange d’avantages, de cadeaux ou d’argent liquide au cours des 20 ans où il a dirigé la brigade antigang de Lyon. Comme en première instance, le parquet avait requis une peine de quatre ans de prison dont 18 mois avec sursis ainsi que 15 000 euros d’amende et cinq ans d’interdiction des droits civil, civique et de famille. De leur côté, les avocats de Michel Neyret avaient demandé à la cour de ne pas aller au-delà des deux ans et demi de prison ferme. Ce qu'a visiblement retenu la cour d'appel. Michel Neyret ayant déjà effectué huit mois de détention provisoire et pourrait ne pas aller en prison en demandant un aménagement de peine. Les parties disposent désormais d'un délai de cinq jours pour former un pourvoi auprès de la Cour de cassation.

à lire également
Hôtel de police © Tim Douet
Près de dix ans après l’affaire Neyret, le spectre du numéro deux de la PJ plane toujours rue Servient. Et alors que l’ex-star de l’anti-gang a fait une apparition remarquée au procès de la Bac de Vénissieux, la justice lyonnaise continue d’interroger les relations entre flics et indics. Deux juges enquêtent sur la relation entre le patron de la lutte anti-stup français et l’un des principaux trafiquants. Avec cette question : l'indic a-t-il profité de son statut pour poursuivre ses importations colossales, sous l’œil complice de la police ? Comme lors du déchargement de dizaines de tonnes de cannabis dans un entrepôt de Vénissieux.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut