Gilets jaunes 10 mars @Lyon @ Thomas Frénéat

Lyon : un Gilet jaune relaxé pour des violences sur policiers

Un motard Gilet jaune était jugé mardi à Lyon pour avoir porté des coups à des policiers. L'audience a finalement révélé une histoire tout autre sur fond de violences policières. 

Un Gilet jaune lyonnais était jugé ce mardi devant le tribunal de Lyon pour avoir violenté des policiers lors d'une manifestation le 6 avril dernier. Ce jour-là, Didier.M, 47 ans, employé de poste, était dans le cortège lyonnais avec son fils de 17 ans. En fin de journée, il est interpellé par des agents de la BAC. Avant d'être placé en garde à vue pendant 48 heures, il est emmené à l'hôpital où il reçoit 5 jours d'ITT. La police lui reproche d'avoir forcé un barrage en donnant des coups aux gardiens de la paix. L'un des deux agents de la Bac, partie civile, portait une caméra et assure que Didier.M a porté des coups. La procureure n'est cependant pas de cet avis. “Franchement, je l’ai regardée dix fois, je ne le vois pas porter de coups (...) Il y a trop de faiblesses dans ce dossier”, déclare-t-elle selon l'AFP. De son côté l'accusé nie en bloc. “Je ne me suis jamais battu avec personne”, assure-t-il. Il dénonce plutôt le comportement des policiers : “Quand j’ai vu mon fils se faire projeter au sol et se faire matraquer par des policiers, je suis allé vers eux pour leur demander pourquoi ils faisaient ça. Et les coups ont commencé à pleuvoir sur moi”. La justice a tranché en sa faveur et a débouté les policiers de leurs demandes d’indemnisation.

à lire également
Les associations ACENAS et FRACTURE, basées dans l’Est Lyonnais, ont déposé plusieurs recours en justice contre ce projet gigantesque de plateforme logistique d’Amazon de 160 000 m2. Ils espèrent l’annulation du permis de construire et de l’autorisation environnementale.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut