Le violeur du 8e reconnait ses actes sans pouvoir les expliquer

Hier s'est ouvert aux Assises du Rhône le procès de Kamel Abas, conducteur de bus TCL qui a commis cinq viols et une agression sur de jeunes étudiantes dans le huitième arrondissement, créant une véritable psychose dans les universités lyonnaises.

Au premier jour de son procès, Kamel Abas a reconnu tous les faits qui lui sont reprochés, sans pour autant pouvoir les expliquer. "Ne me demandez pas pourquoi j'ai fait cela, je ne le sais pas moi-même" a-t-il déclaré à la présidente. Entre le 18 octobre 2012 et 31 janvier 2013, ce conducteur de bus TCL de 39 ans a violé cinq étudiantes et agressé une sixième. Toutes rentraient chez elles la nuit dans le huitième arrondissement de Lyon. Les traces d'ADN recueillies confirmaient à l'époque qu'il s'agissait bien du même individu. Les universités Lyon 2 et Lyon 3 avait d'ailleurs diffusé une lettre à l'attention de leurs étudiantes pour les mettre au courant du danger encouru. Une prévention nécessaire qui avait également eu l'effet de stopper les agressions un moment, avant que Kamel Abas ne fasse une nouvelle victime en janvier 2014. Face à ses victimes hier, il s'est excusé publiquement, affirmant regretter "sincèrement" ses actes. Jugé aux Assises du Rhône jusqu'à vendredi, Kamel Abas risque jusqu'à 20 ans de prison.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut