Cour d'assises du Rhône © Tim Douet
Cour d’appel Lyon © Tim Douet
Article payant

La guerre des fourrières lyonnaises de nouveau devant la justice

La cour d’appel de Lyon a entendu ce mercredi les sociétés MAP Dépannage et Capoccitti Dépannage, rivales de longue date. La première a récupéré en 2015 la gestion de la fourrière de Vaulx-en-Velin, après un contrôle de la seconde, qui avait remporté l’appel d’offres dans un premier temps. Son gérant a porté l’affaire au pénal, accusant ses rivaux d’avoir fourni dans leur offre des informations mensongères. Mais le document officiel qui résume les offres est aujourd’hui introuvable. Capoccitti a été condamnée en première instance. Une décision qui, si elle était confirmée dans le délibéré du 30 janvier prochain, entraînerait la chute de l’entreprise.

L’épée de Damoclès planera encore deux mois au-dessus de la société Capoccitti Dépannage. Condamnés en première instance, la SARL, sa gérante, Nathalie Capoccitti, et le père de celle-ci, Marc Capoccitti, ont fait appel de la sanction prononcée pour fausse déclaration, faux et usage de faux, en février dernier. Et pour cause, dans ce milieu, qui dit sanction pénale dit retrait de l’agrément de fouriériste par la préfecture. Or, sans ce sésame, Capoccitti perdrait la gérance des fourrières de Villeurbanne, Genas et Décines dont elle est titulaire.

Il vous reste 66 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut