"Je suis devenu l'avocat à abattre"

Il dénonce une "justice de soumission".

Vendredi 7 décembre, à 10h30, le tribunal de grande instance de Chambéry aura un "client" un peu particulier à la barre. Bernard Ripert, brillante toque du barreau de Grenoble, connue pour défendre gratuitement des militants, des victimes de la répression policière, des manifestants et réputé pour ne pas avoir sa langue dans sa poche face aux juges et aux procureurs, sera jugé pour des paroles "de nature à porter atteinte à la dignité ou au respect de plusieurs magistrats". C'était lors d'une session de la cour d'assises, en mars dernier : "c'est un assassinat, vous êtes des malades, des fascistes, lorsque je vois la Cour un seul mot me vient à la bouche, il commence par un "s" et finit par un "d" et se compose de 6 lettres". Bernard Ripert dément en bloc, défendant que ses propos ont été "tranformés". "J'ai l'habitude d'être sans concession et d'asséner quelques vérités qu'on n'accepte pas, explique Bernard Ripert. Je me permets d'apprécier le jugement des juges. Le juge et les juridictions ne sont pas au-dessus de toute critique enfin !". Pour Me Patrick Magnin, l'un des membres fondateurs du comité de soutien à Bernard Ripert*, "il s'agit clairement d'une atteinte aux droits de la défense. A travers lui, ce sont tous les avocats qui sont visés".

"Le gouvernement Sarkozy enfonce la profession"
Selon Me Ripert, "la situation a dégénéré à Grenoble depuis l'arrivée du nouveau procureur général". Plusieurs avocats auraient récemment été rappelés à l'ordre dans l'exercice de leur fonction. "Globalement en France, le système ne va plus.
On n'accepte qu'une défense de plus en plus soumise ; celle qui est offensive est montrée du doigt. De trop nombreux avocats pensent que la compromission peut être efficace. Ils se soumettent aux magistrats, dans l'espoir d'avoir leur clémence. Le gouvernement Sarkozy enfonce la profession dans cette ligne là". Bernard Ripert, un avocat qu'on veut faire taire ?

*http://comitedesoutienabernardripert.hautetfort.com

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut