Hôtel de police © Tim Douet
© Tim Douet

Geneviève Legay : l’enquête dépaysée à Lyon par la Cour de cassation 

La plus haute juridiction de l'ordre judiciaire a décidé de dépayser l'enquête de l'affaire Genieve Legay, une manifestante de 72 ans blessée à Nice lors d'une manifestation de Gilets jaunes, après une charge de la police. 

L'enquête sur la manifestante de 72 ans, blessée le 23 mars lors d'une charge de la police durant une manifestation de Gilets jaunes à Nice, va être délocalisée à Lyon. Cette décision a été annoncée par la Cour de cassation mercredi 10 juillet. C'est donc le parquet de Lyon qui va récupérer l'enquête. Celui de Nice avait fait l'objet de nombreuses critiques, notamment depuis le choix de confier les investigations à la direction de la sûreté départementale, jugée trop proche des policiers à l’origine de l’incident. “Le procureur de la République (de Nice) avait d’abord confié l’enquête à la sûreté départementale alors que la cheffe de ce service avait elle-même participé à l’opération de maintien de l’ordre dans le périmètre où Mme Legay a été bousculée et était la compagne du commissaire chargé du commandement de cette opération”, a jugé l'avocat général en cassation. L’enquête a été ouverte pour violences à l’encontre d’un policier qui est accusé d’avoir provoqué un traumatisme crânien à Geneviève Legay en la faisant chuter. 

à lire également
Ralentie en début d’année par le mouvement des avocats contre la réforme des retraites, l’institution judiciaire a été paralysée près de deux mois par les mesures de confinement. Malgré une reprise progressive de l'activité au tribunal depuis le 11 mai, un important retard dans les dossiers s’est accumulé. Au pénal, pendant cette période, seules les urgences sont traitées, en comparutions immédiates. Urgences vitales pour les femmes battues, alors que les affaires de violences conjugales se succèdent tous les après-midi.
Faire défiler vers le haut