Explosion à Saint-Fons : la sécurité de l'usine mise en cause

Suite à l’explosion accidentelle qui a causé la mort d’un employé le 28 juin 2016 dans l'usine Bluestar de Saint-Fons, le procureur de la République réclame 100 000 euros d’amende contre les sociétés Elkem Silicones et GT Logistics.

Le procès aura duré près de six heures ce vendredi au tribunal correctionnel de Lyon. Le temps nécessaire aux magistrats pour dresser le tableau d’une explosion dramatique dans le bâtiment 41 du site de production chimique de l’usine Bluestar, classé Seveso, à Saint-Fons. Le 28 juin 2016, un fût de Bluesil, un liquide inflammable, est abîmé lors d’un transfert et laisse s’écouler son contenu sur le sol du hangar. Pour endiguer la fuite, Khalid Abed, 25 ans, part chercher un bac de rétention comme le veut le protocole de sécurité. Mais en manœuvrant son chariot élévateur à fourches métalliques, le jeune homme créer une probable étincelle, qui enflamme la coulée de liquide et provoque l’explosion de l’entrepôt où sont stockés 130 tonnes de produits chimiques. Piégé par l’incendie, il aurait tenté en vain d’éteindre les flammes à l’aide d’extincteurs.

Selon le procureur Aurélien Buffart, une série de défauts entachaient le site, un point de vue partagé par l’avocat de la partie civile Sylvain Cormier qui, comme le rapporte Le Progrès, dénonce “une logique de rentabilité déconnectée de la réalité”. D’autant que le chariot prévu pour la zone concernée ne fonctionnait plus depuis des mois selon l’enquête. Des éléments qui ont amené le parquet à réclamer 100 000 euros d’amendes contre les deux sociétés mises en cause. Les avocats de la défense ont pour leur part plaidé la relaxe en soutenant “la culture de la sécurité” de Elkem Silicones et GT Logistics. Le jugement sera rendu le 26 juillet prochain.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut