Michel Neyret
Michel Neyret © JP.Ksiazek/AFP

Affaire Neyret : le procès en appel repoussé

Condamné à deux ans et demi de prison pour "trafic d’influence et corruption", Michel Neyret devait passer devant le tribunal du 24 au 31 janvier. Le procès en appel a été repoussé au mois d’avril.

Adulé de ses collègues, l’ancien commissaire Neyret a chamboulé les esprits lyonnais lorsqu’en juillet 2016 le verdict tombait : condamné à deux ans et demi de prison ferme pour "trafic d’influence et corruption". Initialement prévu fin janvier, le procès en appel du flic-bandit a été repoussé du 4 au 11 avril sur décision de la cour d’appel de Paris.

"Perdu dans la gestion de ses indics"

Trente-deux ans de carrière, dont vingt à la tête de la brigade lyonnaise antigang, Michel Neyret a même reçu la Légion d’honneur pour ses résultats. L’ancien commissaire aurait fourni des informations confidentielles et des stupéfiants récupérés lors d’une saisie à des "indics", percevant de nombreux cadeaux en échange. Pendant le procès, Michel Neyret a reconnu "s’être perdu dans la gestion de ses indics", affirmant que les rétributions perçues étaient des cadeaux de ses indicateurs devenus ses amis. Le procès à peine terminé, l’ex-chef de brigade se disait "soulagé" de la "parenthèse de cinq ans" qui se tournait. Mais à l’annonce de l’appel du procès, son avocat Me Gabriel Versini-Bullara faisait part de sa "sidération".

à lire également
Capture d’écran d’une vidéo AFP – Nicolas Sarkozy quittant les locaux de la PJ de Nanterre après deux jours de garde à vue, le 21 mars 2018 © AFP
En dépit de la création, au lendemain de l’affaire Cahuzac, d’un parquet national financier, les brigades économiques et financières restent le parent pauvre de la police française. En région, les limiers manquent pour lutter contre cette délinquance invisible, qui peut coûter gros à l’État, comme lui rapporter beaucoup.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut