Lyon : une dealeuse d’ecstasy perd ses pilules en discothèque

Une chômeuse de 33 ans s’était lancée dans le commerce d’ecstasy pour arrondir ses fins de mois. Mais son business a rapidement pris fin quand elle a égaré en discothèque sa pochette contenant une partie des cachets.

Un "professionnalisme" qui laisse à désirer. En discothèque samedi dernier, une dealeuse d'ecstasy égare une pochette contenant une partie de sa marchandise. S’apercevant que sa précieuse n’est plus en sa possession, elle demande alors au directeur de l’établissement de la prévenir rapidement s’il la retrouve.

Petit imprévu. La trentenaire n’avait pas envisagé que le propriétaire de cette discothèque du 2e arrondissement ouvre la pochette… Il découvre à l'intérieur 39 cachets d’ecstasy estampillés “Route 66”, que la chômeuse vendait une dizaine d’euros l’unité.

Arrondir les fins de mois

L’homme a aussitôt prévenu le GEAD (groupe d’enquête antidrogue) Ouest, qui est allé rendre visite à la Lyonnaise dès le lundi suivant. Une perquisition au domicile de la dealeuse, situé dans le 1er arrondissement, a permis de trouver 49 autres cachets et 330 euros en liquide.

Absente lors de la perquisition et se sachant recherchée, la jeune Lyonnaise s’est présentée d’elle-même le lendemain aux forces de l’ordre. Elle a expliqué qu’étant au chômage elle avait acheté une centaine de cachets afin d’arrondir ses fins de mois. Elle sera jugée en mai prochain.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut