"Sauve qui peut", Thomas Bernhard et tg STAN

La compagnie fut fondée par 4 diplômés du Conservatoire d'Anvers, en 1989. Ils refusèrent d'intégrer les compagnies existantes à cause de leur "esthétisme révolu, de leur expérimentation formelle aliénante et de la tyrannie des metteurs en scène". Leur volonté étant de se placer eux-mêmes (en tant qu'acteurs) au centre de la démarche qu'ils ambitionnaient : "la destruction de l'illusion théâtrale, le jeu dépouillé, la mise en évidence des divergences éventuelles dans le jeu, et l'engagement rigoureux vis-à-vis du personnage et de ce qu'il a à raconter". Souvent ce type de démarche conceptuelle effraie ou ennuie le spectateur. Loin s'en faut, tg STAN a su dompter un art où l'intelligence n'exclut pas le rire.

Leur nouvelle création, "Sauve qui peut" pas mal comme titre rassemble plusieurs dramuscules de Thomas Bernhard, l'écrivain autrichien polémique. L'auteur y dissèque le passé nazi des Allemands, aussi complexe que mal digéré, et la présence latente du fascisme dans notre société.

"Sauve qui peut" pas mal comme titre, par tg STAN. Du 11 au 15 au Théâtre du Point du jour, 7 rue des aqueducs, Lyon 5. 04 78 15 01 80 ou www.lepointdujour.fr

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut