Pérouges refait le printemps

Dans son sac, des personnalités autant que des chanteurs.

La notoriété peut être bien cruelle. Quand on tape " Festival de Pérouges " sur un moteur de recherche bien connu, ledit moteur, croyant à une erreur, nous propose en guise de correction " Festival de Bourges ". Mais non, on insiste, le festival, plus tardif mais aussi printanier que son homologue de Bourges, se tient bien à Pérouges et, en bon festival populaire, se destine à tous, pas seulement aux CSP +. Tous les amateurs d'art vocal en tout cas, au sens large car la programmation s'étale du swing manouche, un genre qui a le vent en poupe depuis les succès de Sanseverino, au negro spiritual en passant, attention aux oreilles, par les polyphonies corses. Le festival sera également l'occasion de désigner une bonne fois pour toutes son Michel préféré entre Jonasz et Fugain suivant que l'on préfère les boîtes de jazz ou " faire comme l'oiseau ". En guise de finale, c'est Liz McComb oscillant entre soul, blues, gospel et jazz qui sera accompagnée par 200 choristes. Un concert qui nécessite de quitter Pérouges et ses environs pour gagner la salle 3000, plus cossue mais plus froide. Plus inattendu, le retour de Nilda Fernandez. On avait un peu perdu de vue ce grand voyageur androgyne à la voix haut-perché depuis qu'il avait entrepris une grande tournée en roulotte dans les années 90. Non, Nilda n'avait pas cassé un essieu... C'est d'ailleurs un peu la Pérouges Touch que de mitonner cette improbable macédoine entre variété française très, ou anciennement, populaire (Fugain, Fernandez), jazz garanti qualité (McComb) et étrangeté comico-musicale (l'imitateur-chanteur protégé de Laurent Ruquier, Michael Gregorio). Le tout en cheminant parfois aux limites de la ringardise sans jamais se départir d'un capital sympathie maximal. Le festival misant souvent, en toute sincérité, sur la personnalité attachante de ses invités autant que sur leur talent. Et si la formule dure depuis 11 ans, c'est qu'elle fonctionne mieux que bien.

KM

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut