On a aimé

Ils avaient eu assez de mal à échapper à son emprise et ne voulaient surtout pas replonger dans une histoire familiale déjà trop chargée. Même si cela n'a pas été facile tous les jours, chacun mène plus ou moins correctement son existence. Wendy est intérimaire mais caresse le doux rêve de devenir dramaturge. Elle entretient une liaison sans avenir avec un homme marié. Jon, quant à lui, est un professeur d'université névrosé, "handicapé des sentiments". La santé déclinante de leur père les oblige à s'extraire de leurs quotidiens pour prendre en charge cet homme qu'ils évitaient depuis plusieurs années. Avec ce second film, Tamara Jenkins évite les clichés sur le troisième âge. Le thème de la vieillesse y est traité avec subtilité, humour et cynisme. Finalement, il n'est qu'un prétexte pour dépeindre la vie de ce frère et de cette sœur, la relation qu'ils entretiennent et la crise de la quarantaine qui les meurtrit. Bien écrit, bien joué, bien mise en scène : le meilleur du cinéma indépendant américain.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut