Web-série Les Engagés
© Image tirée de la web-série Les Engagés

Lyon, toile de fond de la web-série gay Les Engagés

Première Web-série LGBT à être soutenue par France Télévisions, “Les Engagés” raconte l’histoire d’Hicham, jeune homosexuel qui ne s’assume pas encore vraiment. Quittant Saint-Étienne et sa famille pour rejoindre le seul gay qu’il connaît : Thibaut, un militant lyonnais pour les droits LGBT. Échange engagé et engageant avec Sullivan Le Postec, créateur de la série.

Lyon Capitale : Comment “Les Engagés” est-elle devenue une web-série ?

Sullivan Le Postec : À l’origine, c’est un projet que j’avais créé pour en faire une série normale, mais je n’ai pas eu de débouché sur ce format car personne ne pensait qu’une chaîne l’accepterait. Puis, voilà deux ans environ, il y a eu une montée en puissance des plateformes Internet qui finançaient de la fiction. Le Web pouvait être un espace pour une série comme Les Engagés, qui ne trouvait pas de place à la télé, ne serait-ce que pour le sujet qu’elle met en avant. Alors j’ai réadapté mon projet à ce format-là et je l’ai envoyé à Studio 4, la plateforme de Web-séries de France Télévisions, qui a rebondi tout de suite. Puis, ensemble, on a cherché un producteur.

Les deux acteurs principaux, Mehdi Meskar et Éric Pucheu, sont-ils des professionnels ?

Toute la distribution est professionnelle. L’essentiel du casting a eu lieu sur Lyon, mais les deux acteurs principaux viennent de Paris et il fallait qu’ils soient assez chevronnés pour porter ce genre de projet. Car on a seulement vingt jours de tournage, soit un épisode à tourner tous les deux jours.

Vous êtes-vous inspiré de votre vie personnelle pour écrire “Les Engagés” ?

Ce n’est pas autobiographique même si, évidemment, il s’agit d’un univers que j’ai bien connu, je m’en suis inspiré. Mais tout est transformé. Même les protagonistes sont des personnages de fiction.

Quel rôle la ville de Lyon joue-t-elle dans la Web-série ? A-t-elle été choisie pour une raison particulière ?

J’ai écrit la série pour Lyon, elle est faite pour se dérouler ici. D’abord parce que j’ai vécu dans cette ville plusieurs années et que je l’adore. Et puis, c’était important que l’intrigue ne se déroule pas à Paris, car là-bas le milieu associatif est très lié à l’échelle nationale. Mais il fallait tout de même une vie associative, donc Lyon correspondait. Et puis il y a le cadre particulier de la ville : c’est une ville riche pour un scénariste car dramaturgiquement intéressante. Au-delà du cas particulier lyonnais, c’était important que la série soit ancrée dans un territoire.

Dans la Web-série, le maire du 2e arrondissement ne souhaite pas que la Gay Pride passe par Bellecour. Cet événement a-t-il été inspiré par l’interdiction par la préfecture de circuler dans le Vieux-Lyon pour la Gay Pride de cette année ?

C’est un peu différent. Ce qu’il s’est passé il y a quelques mois, c’est que les organisateurs de la Marche des fiertés voulaient passer dans le Vieux-Lyon car ils estiment que c’est un quartier revendiqué par une extrême droite radicale et qu’ils trouvaient intéressant de montrer que cet endroit appartient à tout le monde. D’autre part, le scénario était déjà écrit lorsque cela s’est produit. Mais sinon, je crois que les choses sont assez cycliques : si l’on connaît bien un univers, on finit souvent par imaginer des choses qui sont susceptibles de se produire.

Dans le premier épisode, Thibaut (Éric Pucheu) rappelle que la loi autorisant le mariage homosexuel n’a pas mis fin à toute contestation. Où en est le combat contre l’homophobie aujourd’hui ?

On ne peut pas nier que nous avons beaucoup évolué. Pendant mes années de militant, c’est quelque chose que j’ai vu émerger : actuellement, nous sommes dans un monde où faire son coming-out au lycée est envisageable. Mais il y a aussi une certaine crispation. Le nombre de gens homophobes est probablement en diminution mais ceux qui le sont encore sont plus radicalisés qu’avant.

Réaliser une Web-série comme “Les Engagés”, c’est faire passer un message, montrer que le débat n’est pas clos ?

Pour moi, c’est une vraie fierté d’en être là. Il y a déjà eu des Web-séries LGBT en France mais elles étaient produites avec des fonds privés. Les Engagés, c’est la première Web-série gay défendue par France Télévisions. Il y a beaucoup de retard en France, la télé n’arrive pas à représenter la société française. Pourtant, cet enjeu est très important. Ce projet, ce n’est qu’une première étape, il faut ensuite que d’autres gens puissent raconter d’autres histoires. Sur le plan politique, je voulais poser des questions, participer à une réflexion collective. Car le niveau de la réflexion n’est pas très abouti dans la société française sur ces questions-là. J’ai fait attention à ce que mon avis n’apparaisse pas clairement dans la série, je ne veux pas expliquer au monde ce qui est bien ou mal. Ce que l’on constate, c’est que l’épisode de la loi autorisant le mariage homosexuel n’a rien changé à notre incapacité à élever le débat sur ces thèmes.

Y aura-t-il une saison 2 pour “Les Engagés” ?

Nous espérons. On vient d’avoir la commande officielle de l’écriture de la saison 2. Si la production est satisfaite du scénario, nous tournerons.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut