Yves Rechsteiner et sa bande de Rock the Organ / This is the Kit et William Z. Villain © Thomas Guillin / DR / Mary Stephan (montage LC)
Yves Rechsteiner et sa bande de Rock the Organ / This is the Kit et William Z. Villain © Thomas Guillin / DR / Mary Stephan (montage LC)

Lyon : rock, folk, blues, les 3 concerts de la semaine

Du rock à l’Auditorium et à l’orgue, du folk en Kit avec banjo et un Villain bien décidé à nous envoûter. C’est notre programme – éclectique – de la semaine dans les salles de concert lyonnaises.

Du rock dans l’antre classique

Organiste baroque et professeur de basse continue au CNSMD de Lyon, Yves Rechsteiner ne cache pas sa fascination pour l’œuvre de Frank Zappa, une attirance pas si “contre nature” que ça qui le poussera à s’associer au percussionniste et batteur Henri-Charles Caget (également professeur au CNSMD et ancien membre, entre autres, des Percussions Claviers de Lyon) et au guitariste Fred Maurin. De cette rencontre placée sous le signe de la “débauche” entre amis, naît un combo rock électrique spécialisé dans les pages les plus complexes et hermétiques du rock des 70s : des partitions dont la richesse n’a parfois rien à envier aux domaines classique et contemporain dits “savants”.

Au cœur du programme de ce concert pas conventionnel, Frank Zappa bien sûr, incarnant mieux que quiconque le va-et-vient entre “savant” et “populaire”, symphonique et électrique. Mais les trois aventuriers sont allés chercher d’autres sources, telles qu’Emerson, Lake & Palmer (super trio de ces années-là dont la virtuosité n’avait de contrepoint que la manie de son leader, Keith Emerson, à renverser son orgue Hammond à la fin d’un solo endiablé)… Espérons que le grand orgue de l’Auditorium, joué par Rechsteiner, ne subisse pas le même sort ! Le groupe Pink Floyd sera aussi à l’honneur avec la suite Shine on your crazy diamond, tout aussi bien que King Crimson avec son Red. Plus tardif mais appartenant à la même tradition hybride, le First circle du guitariste de fusion-jazz Pat Metheny se verra lui aussi revisiter par ce trio électrique chic. L’occasion d’entendre le grand orgue Cavaillé-Coll de l’Auditorium sous un éclairage nouveau, ici encadré par l’électricité et une combinaison instrumentale à laquelle il a rarement l’occasion de donner la réplique.

Rock The Organ ! Mardi 17 avril à 20h à l’Auditorium de Lyon

Kit de folk au Marché

C’est la plus française des folkeuses anglaises. Originaire de Bristol (plus connu pour sa légendaire scène trip-hop) mais installée à Paris, la sémillante Kate Stables aka This is the Kit était venue en novembre au Groom présenter les chansons de son nouvel album, le très costaud Moonshine Freeze produit par le sorcier John Parish (PJ Harvey, entre autres) et Bryce Dessner de The National. Un de ces concerts tout en simplicité, en chaleur humaine, plein de petits couacs évacués par l’humour et la bonhomie de la miss et sa troupe. Un de ces concerts qui vous donnent envie de vous jeter de nouveau sur le disque, puis de revoir l’intéressée en concert, et ainsi de suite… Par bonheur, Kate, son banjo et ses musiciens reviennent ce mardi. Cette fois dans l’antre moins intime du Marché Gare.

This is the Kit – Mardi 17 avril à 20h au Marché-Gare (Lyon 2e/Confluence)

Et Z le maudit à l’Épicerie au Groom ! (MàJ 17/04)

Le regard patibulaire mais presque, un nom quelque part entre le personnage de Faulkner et le méchant de chez Marvel, William Z. Villain n’a pas grand-chose à faire pour poser les bases de son univers. Lequel s’avère plus riche et surprenant encore lorsqu’on apprend que le bonhomme est maraîcher dans le civil. Ce qui l’aide sûrement à creuser des sillons. Mais en forme de tombes où enterrer les sortilèges que sont ses chansons folk-blues d’inspiration caribéenne, à commencer par son titre phare, Anybody gonna move ?, genre de prière vaudoue délivrée par un chat de gouttière sérieusement chargé – d’ailleurs il enregistre, à l’ancienne, en présence du sien, de chat. Pour ne pas dire que c’est l’inverse.

William Z. Villain – Samedi 21 avril à 20h30 // ATTENTION, changement de lieu : le concert a lieu au Groom, 6 rue Roger-Violi (Lyon 1er)

à lire également
Quand l’Opéra et l’Auditorium trafiquent “underground”, c’est presque les concerts de rock qui semblent classiques. Soyez curieux, et bons concerts !
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut