Lumière 2010 : après la pluie…

Soirée de lancement réussie ce lundi 4 octobre. Avec ses quelque 4000 spectateurs et son parterre de personnalités, la cérémonie d’ouverture de la seconde édition du festival Lumière s’est déroulée sans encombre entre deux averses lundi soir. Pas de quoi arrêter un public averti, venu en masse, assister à la projection de Chantons sous la pluie, de Stanley Donen et Gene Kelly.

La Halle Tony Garnier comptait lundi soir en son antre ce que la ville de Lyon connaît de notables, d’instituteurs, de profs d’histoire-géo et autres habitués de l’Institut Lumière pour ouvrir le Festival Lumière 2010 qui se tiendra jusqu’au 10 octobre prochain. Autant dire qu’en prémices de la soirée d’ouverture, pendant que tout ce petit monde s’installait, il fallait bien son petit Jean Ferrat et un bon Bernard Lavilliers en arrière fond sonore pour faire patienter les quelque 4000 convives. Et c’est Thierry Frémaux, directeur du susnommé institut, accompagné de Bertrand Tavernier son cinéaste de président, qui a ouvert le bal et s'est mué en maîtres de cérémonie. Comme un poisson dans l’eau dans le petit bassin de la culture lyonnaise ou celui, plus vaste, du 7e art, après avoir remercié les élus, Collomb et Queyranne en tête, pour les discours qu’ils ont accepté de ne pas prononcer (sympa), il a rendu un poignant hommage à Claude Chabrol et Alain Corneau, deux réalisateurs qui nous ont quittés cette année.

Mais Lumière 2010 à beau être un festival de patrimoine, il n’en reste pas moins une fête. Il a pourtant fallu attendre un déluge de bandes-annonces sponsorisées sur musiques de films pour que Frémaux convie sous les projecteurs les stars venues gracieusement soutenir la manifestation. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y avait foule sur la scène de la Halle Tony Garnier. Juliette Binoche (au bras de notre Sénateur-Maire), Dominique Blanc, Marianne Denicourt, Marina Foïs, Agnès Varda, Kad Merad, Roschdy Zem, Benoît Delépine, Gustave Kervern, Tony Gatlif, Melvil Poupaud, Dario Argento, Jim Harrison ou encore Alexandre Astier… étaient de la partie. De mémoire de Lyonnais, jamais tel plateau, même lors de la tournée 2004 des Enfoirés, n’avait été réuni entre Rhône et Saône.

L’événement lancé, la projection de Chantons sous la pluie (Singin' in the Rain), prétexte à cette grand-messe, pouvait finalement commencer. Mais pas avant d’en honorer son réalisateur. Stanley Donen avait fait le déplacement de New York, du haut de ses 86 ans, pour présenter une copie neuve de son chef-d’œuvre sous un véritable tonnerre d’applaudissements. La salle alors rassasiée pouvait enfin basculer dans l’obscurité. Le coup d’envoi de Lumière 2010 était donné.

Lumière 2010. Du 4 au 10 octobre un peu partout dans le Grand Lyon.
www.lumiere2010.org
Notre sélection…

à lire également
Disquaire Day à la boutique Sofa Records © Elie Guckert / 21.04.2018
Ce samedi avait lieu le Disquaire Day partout en France. À Lyon, un peu plus d'une dizaine de disquaires ont participé à l'opération. Lyon Capitale a été fouiner dans les bacs de la boutique Sofa Records, ouverte à Lyon depuis dix-huit ans.
3 commentaires
  1. Battling - 5 octobre 2010

    Chaque fois que le Festival Lumière - sur le passé - se produit sur Lyon un élément concret du cinéma Lyonnais disparaît - CNP puis CNG. Je ne crois pas aux coïncidences.

  2. jerome manin - 5 octobre 2010

    @Battling. Et vos pronostic pour la prochaine disparition ? Rejoindraient-ils les espoirs du sens commun ?

  3. jerome manin - 5 octobre 2010

    Les mêmes conservateurs légitimistes que pour le forum Libération mais pluvieux et bien assis.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut