musée des confluences New York Times

La presse étrangère plébiscite le musée des Confluences

Inauguré en grande pompe vendredi soir et ouvert au public ce samedi, le musée des Confluences a connu une large couverture médiatique internationale, s'intéressant plus au rayonnement culturel de la ville et à ses retombées touristiques qu'aux scandales financiers qui l'accompagnent.

Dès son ouverture, le musée des Confluences aura réussi à franchir les frontières, faisant valoir son audace architecturale et suscitant l'intérêt de ses collections. L'inauguration du "nuage de cristal" est largement reprise dans les médias étrangers, qui le voient comme le "Guggenheim français".

"À Lyon, le Père Noël apporte le musée des Confluences", écrit La Stampa, ajoutant que "la structure futuriste justifie des vacances de fin d'année dans le Rhône". Le quotidien italien va même plus loin, faisant du nouveau musée "le symbole architectural du Lyon du 21e siècle".

"Le nouveau Guggenheim ?"

Pour le journal espagnol ABC, Lyon se cherche un effet "Guggenheim" avec un tel bâtiment, référence au célèbre musée de Bilbao. Cette comparaison est reprise par The Telegraph. Le média britannique s'amuse lui aussi de l'architecture futuriste : "Il ressemble à un vaisseau spatial et sa construction a duré plus longtemps qu'une mission de la NASA vers Pluton". Malgré tout, le quotidien anglais reste largement positif, écrivant que la Ville est maintenant "soulagée que le musée soit ouvert et tout heureuse de montrer son nouveau jouet".

L'inauguration du musée des Confluences a même traversé l'Atlantique. Le New York Times évoque également son ouverture, expliquant que ce musée s'éloigne du côté "maisons aux trésors" traditionnel pour se tourner vers quelque chose de plus "extraverti".

Les scandales ne franchissent pas la douane

Toute cette couverture médiatique offre une très bonne publicité de ville de Lyon, qui ne peut qu'être positive pour le tourisme. Toutefois, les différents articles ne reprennent que très brièvement le fait que son coût ait été multiplié par cinq par rapport aux prévisions initiales, quand ils ne l'omettent pas complètement.

à lire également
Musée des Confluences 2015
Concerts, gâteau, inauguration de l’exposition “L’univers à l’envers, Plonk & Replonk®” et visite gratuite, une soirée d’anniversaire va être organisée en décembre au musée des Confluences pour ses cinq ans.
8 commentaires
  1. capitaine papy - 21 décembre 2014

    Si ce musée avait été construit à Paris, son prix n'aurait pas fait scandale et l'inauguration aurait été magistrale! L'erreur c'est de l'avoir construit à Lyon et ça plait pas!Je persiste à dire que ce musée est très positif pour notre ville et j'espère qu'ils y en aura d'autres.

  2. croixrousse - 21 décembre 2014

    L'Opéra de Sydney était aussi décrier à sa construction et inauguration ! Sa facture avait explosée et l'architecte remplacer pendant sa construction. Qui s'en souvient maintenant ? Par contre maintenant c'est un symbole connu dans le monde entier au même titre que la Tour Effel. Alors bienvenue à Confluences et comme le dit Capitaine Papy 'j'espère qu'ils y en aura d'autres'! Pour l'ancien musée Guimet, pourquoi pas en refaire une patinoire comme en 1901 ? Lyon est mal vue uniquement de Paris !

  3. SophieV - 21 décembre 2014

    Afin de parler en connaissance de cause, je suis allée visiter le musée hier avec mes filles; l'impression est plus que mitigée, si la qualité des pièces exposées n'est pas remise en cause, leur présentation est loin d'être parfaite pour toutes ! bravo pour les murs de papillons ou d'espadons par contre cette chape de froideur du béton vous poursuit tout au long de la visite ! dans la salle des momies, si vous vous penchez pour lire les explications, votre ombre cache le texte, l'éclairage ...

  4. SophieV - 21 décembre 2014

    est très mal placé; de façon générale, les commentaires sont trop succints, écrits trop petits et mal positionnés. Dans une vitrine les objets ne sont pas à la bonne place ( vase, sceptre.. )l'impression d'une ouverture à la va vite est indiscutable. la vente des billets incroyablement lente, pire qu'au Louvre ! J'y retournerai afin de tout voir calmement mais ces grands couloirs de béton, ces escaliers dont les marches sont déja cassées pour certaines, ne convainc pas, on a l'impression ...

  5. SophieV - 21 décembre 2014

    d'errer dans l'aéroport Saint Ex ! trop de béton, trop de halls et de couloirs qui contribuent à la froideur du lieu, renforcée par la confluence elle même.

  6. sylvain - 21 décembre 2014

    En tout cas on ne dira pas merci aux médias parisiens qui ont eu du plaisir à dire du mal de ce musée notamment l'article écrit dans le huffington post sans s'être déplacés à Lyon pour juger d'eux même... Cela me confirme qu'une décentralisation accrue ferait du bien à une ville qui a l'audace de se réinventer plutôt que de rester sur ses acquis haussmaniens! Non non, aucun message subliminal 😉

  7. ake69 - 21 décembre 2014

    Le coût est une chose, comme toute les grandeurs, il est indécent. mais ce musée rapportera tellement à Lyon. Cette couverture internationale le prouve en partie. Il y a tellement d'argent investi qui ne sert a rien ou si peu. Un symbole pareil n'a pas de prix, la ville de Lyon a beaucoup de chance. Surtout qu'il est construit sur un morceau de territoire qui serait à jamais resté sinistré sans cela. Il faut être visionnaire pour le futur. Nous serons tous morts et ce musée encore là !

  8. capitaine papy - 22 décembre 2014

    Ce musée devient notre emblème, il génère bcp de jalousie que nous devrons supporter qq années. A nous de le mettre en valeur et arrêtons d'entretenir la polémique. Souvenez vous de Lyon dans les années 80, nous avons fait un grand pas depuis et je voudrais pas revenir en arrière!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut