© Arthur Viguier

Jazz à Vienne : 5 concerts à ne pas rater 

Des artistes à découvrir ou des têtes d’affiches incontournables, voici notre sélection dans la programmation foisonnante du rendez-vous incontournable du Jazz.

© Joachim Bertrand

Marcel et Bachar Mar-Khalifé
Riche soirée que celle-ci, soirée père-fils d’abord qui réunit Bachar Mar-Khalifé et son père, Marcel. Soirée oud ensuite puisque l’instrument roi de l’Orient, celui de Marcel Mar-Khalifé, en est le cœur battant (le Tunisien Dhafer Youssef, virtuose du oud, assurera d’ailleurs la première partie). Soirée poésie enfin puisqu’il s’agira pour les deux musiciens de mettre en musique des poèmes du poète palestinien Mahmoud Darwich – ce que Marcel fit il y a des lustres et que Bachar souhaite ici mettre en avant à travers ce double hommage.
Samedi 2 juillet


© Olivia Rose

Michael Kiwanuka
On aime quand Jazz à Vienne s’ouvre bien au-delà du jazz, comme c’est le cas lorsqu’il accueille Michael Kiwanuka. Bon, rien de dépaysant pour autant avec ce jeune Anglais d’origine ougandaise rompu aux influences soul qui sont ici, à Vienne, chez elles. Sauf que Kiwanuka en fait autre chose, mâtinant une sorte de black folk qui n’est pas sans rappeler l’un de ses maîtres, le très smooth Terry Callier, et qui frappe droit au cœur sans jamais avoir l’air d’y toucher, avec l’évidence de l’âme folk.
Mardi 5 juillet


Marc Rebillet
L’une des dernières fois où Marc Rebillet a été vu dans les environs – il est depuis passé au Radiant-Bellevue fin juin –, c’était en 2019. Le drôle de prodige texan – comme son nom ne l’indique que très peu – se produisait alors au… Novotel de Bron, où ses fans, alors peu nombreux, ne l’auraient manqué pour rien au monde. C’est dire le chemin parcouru par celui qui fut découvert sur YouTube et les réseaux sociaux grâce à ses vidéos musicales aussi loufoques qu’improvisées mêlant rap et boucles électros artisanales. Attention ovni.
Mercredi 6 juillet


Yann Tiersen
Tiersen sur la scène de Jazz à Vienne c’est plutôt improbable sur le papier, mais ç’a au moins un mérite : ça change. Et pas qu’un peu. Le concert du magicien breton est d’autant plus un événement qu’il s’agit d’une création en représentation unique. L’auteur de la mythique BO d’Amélie Poulain (et de bien plus) y revisite son très large répertoire aux accents cinématographiques, aujourd’hui tourné davantage vers l’électronique, en compagnie de l’artiste multimédia Sam Wiehl qui l’agrémentera d’un show vidéo inédit.
Samedi 9 juillet


© DR

George Benson
Bon, entendons-nous bien, George Benson à Jazz à Vienne, ça n’a rien d’inédit. Mais c’est la base, Benson faisant partie des meubles du festival (avec des Marcus Miller et des Herbie Hancock, eux-mêmes présents lors de cette édition). Comment pourrait-il en être autrement quand l’intéressé incarne à lui tout seul un pan entier de la musique populaire, formé à 21 ans par le maître Miles Davis, pointure de la guitare hard bop et hitmaker inégalé (son Give me the night pour ne citer que lui) ? Donnez-lui la nuit viennoise et il la fera vôtre.
Lundi 11 juillet


Jazz à Vienne jusqu'au 13 juillet. www.jazzavienne.com


 

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut