Grands Interprètes pour Mozart

La Staatskapelle de Dresde, sir Colin Davis à la direction et Jonathan Biss au piano, réunis à l’Auditorium dans un programme Mozart des plus enthousiasmant.

Fondée en 1548, la Staatskapelle de Dresde est l’un des plus anciens orchestres du monde (sinon LE plus ancien). Autant dire qu’il en a vu défiler, des chefs et des compositeurs... Et non des moindres, d’Heinrich Schütz (au XVIIe siècle) à Richard Strauss (au XXe), en passant par Carl Maria von Weber ou Richard Wagner (au XIXe), sans oublier les plus éminents directeurs du siècle dernier : Fritz Reiner, Karl Böhm, Rudolf Kempe, Herbert von Karajan ou Giuseppe Sinopoli... Un palmarès traumatisant s’il en est.

Inutile de préciser que voir débarquer cette page d’histoire à l’Auditorium tient de l’événement, d’autant que le paquebot saxon embarque avec lui sir Colin Davis pour un programme Mozart des plus enthousiasmant. Une Sérénade nocturne en ré majeur (KV 239) tout en élégance pour débuter légèrement, avant d’enchaîner sur le tempétueux Concerto pour piano n° 20, soit l’une des pages les plus exaltées de Mozart, préfigurant l’ère romantique à venir. L’œuvre fut créée en 1785 par le compositeur lui-même, qui dirigeait l’orchestre depuis son poste de soliste au pianoforte, et c’est à Jonathan Biss qu’incombera la lourde tâche de défendre la partition au piano moderne. Le concert s’achèvera par la célébrissime 40e symphonie, soit l’avant-dernière composée par Mozart, dont absolument tout le monde connaît les premières notes : mi-ré-ré... mi-ré-ré... si...

À noter que la symphonie fut créée le 14 avril 1789 à... Dresde : la boucle est bouclée.

------------------

La Staatskapelle de Dresde interprète Mozart. Vendredi 11 mai, à 20h, à l’Auditorium.

à lire également
Vu de la place Bellecour
Une salle mythique que les moins de quarante ans n’ont pas pu connaître, un lieu de la vie nocturne lyonnaise qui a accueilli Ray Charles, les Beatles, les Stones… Un palais aujourd’hui oublié, dont la fin de vie fut marquée à plusieurs reprises par la tragédie. Histoire du Palais d’Hiver, le plus grand music-hall d’Europe.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut