© Bertrand Gaudillère / Item pour la Villa Gillet

Festival Mode d’emploi : hautes idées et air du temps

À partir du 15 novembre, c'est le retour du festival des idées de la Villa Gillet : Mode d’emploi ! Autour de questions toujours étroitement reliées à l’actualité et avec une large ouverture sur la Méditerranée en général et le Liban en particulier. Aperçu du programme.

La jeunesse, la vérité, la démocratie, le vivant. Voilà les quatre questions portées cette année par Mode d’emploi, le festival des idées de la Villa Gillet, dans une édition qui prendra comme d’habitude le pouls de l’air du temps, entre réflexion sur la pandémie qui a secoué le monde, présidentielle à venir et nomination de Villeurbanne comme capitale de la culture française au titre d’un projet portant sur la jeunesse.


Quelles sont les questions qui agitent la jeunesse d’aujourd’hui dans un contexte de crise globale ?


Il s’agira dès lors de se demander quelles questions agitent la jeunesse d’aujourd’hui dans un contexte de crise globale, d’interroger les moteurs de la démocratie, d’ausculter les formes de la vérité et du débat et de se familiariser avec la pensée sauvage et les nouvelles écritures du vivant. Autant de sujets qui auront été abordés par l’écrivain américain Richard Powers – invité du grand entretien précédant l’ouverture du festival le 29 octobre dernier – puisqu’ils sont ceux qui traversent son dernier roman, Sidérations (Actes Sud).

Pour le festival proprement dit, les affaires commencent le lundi 15 novembre au théâtre de la Croix-Rousse sur la pensée sauvage avec, entre autres, Frédérique Aït-Touati, autrice du Cri de Gaïa et Vinciane Despret pour Autobiographie d’un poulpe.

Vinciane Despret

Le mardi 18 novembre accueillera, à l’opéra de Lyon, une double rencontre avec Agnès Gayraud et Bertrand Belin (en carte blanche à l’opéra) sur les rapports entre l’écriture et la voix, et une autre sur les nouveaux récits libanais avec Camille Ammoun et Charif Majdalani.

Charif Majdalani © Astrid di Crollalanza

Le lendemain, c’est le musée des Confluences qui accueille une pléiade d’auteurs et autrices qui évoqueront les nouveaux arts de la description (Emmanuelle Pagano-Salasc, Bérengère Cournut, Arthur Lochmann, Estelle Zhong, Charles Stépanoff...).

Écoutes croisées

À la Villa Gillet, le jeudi 18 novembre, on interrogera les formes de la vérité et les nouveaux journalismes avec Adrien Bosc, Leila Guerriero, Nadia Khiari et une poignée d’auteurs à confirmer puis avec Aurélie Jean (autrice de Les Algorithmes font-ils la loi ?) la vérité au temps du numérique.


Une cartographie méditerranéenne


Le 19, c’est rien de moins qu’à une cartographie méditerranéenne que le spectateur est invité, en compagnie de certains des sept auteurs du projet “Écoutes croisées” qui s’attache à faire témoigner des auteurs de l’arc méditerranéen ayant vécu de l’intérieur le printemps arabe (seront présents Abdellah Taïa, Camille Ammoun et Valérie Cachard (tous deux en résidence à la Villa) ou Hadrien Bels).

Camille Ammoun

Enfin, le samedi 20 novembre, c’est la démocratie qui sera en débat aux côtés de Pierre Rosanvallon (auteur de Les Épreuves de la vie, comprendre autrement les Français), Charles Girard (professeur de philosophie à la Sorbonne, spécialiste de la démocratie, auteur de Délibérer entre égaux), Flore Vasseur, (réalisatrice du film Bigger than us qui ausculte, autour du monde, l’engagement de sept jeunes).


Mode d’emploi – Du 15 au 21 novembre, à la Villa Gillet


 

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut