Chair Antigone Veyrunes 1
© Guy Delahaye

Danse : Chair Antigone, le refus de subir

Pour parler de dignité et de forces salvatrices, François Veyrunes met en scène le symbole féminin de la désobéissance : Antigone !

Chair Antigone – Chorégraphie de François Veyrunes © Guy Delahaye

© Guy Delahaye
François Veyrunes / Chair Antigone.

François Veyrunes mène depuis plus de vingt ans un travail à la fois de création et de compagnie, ancré dans le quotidien, avec de très nombreux projets en direction de différents publics, notamment des personnes en réinsertion, en situation de handicap, hospitalisées ou en milieu carcéral. Pour le chorégraphe grenoblois, l’art est une évasion nécessaire qui permet à l’homme de recouvrer sa dignité : “La question de la dignité de l’homme est la principale source de mes préoccupations artistiques. Cette question interroge l’être souverain, créateur de sa vie, celui qui se respecte et respecte autrui ; elle est liée à la disposition de choisir d’être ce que nous sommes, quelle que soit l’idée que nous nous faisons de nos aspirations ; elle renvoie l’individu à la tension dans laquelle il se trouve, aux confins de son unicité, en regard de l’humanité à laquelle il appartient. Je relie la question de la dignité de l’homme à sa capacité à se métamorphoser – à trouver des solutions et ne pas subir.” La danse de Veyrunes est ainsi faite de sincérité et de corps à fleur de peau qui explorent ce que le danseur est capable de faire dans des situations entre violence et altérité ; comment il est capable de transformer un monde hostile en y laissant entrer la poésie. Chair Antigone fait partie d’un triptyque (avec Tendre Achille et Sisyphe heureux) évoquant des figures mythologiques qui lui permettent d’interroger la puissance du vivant alors qu’ils sont les symboles universels du courage et de l’engagement. Antigone, symbole féminin de la désobéissance, permet au chorégraphe de faire vivre, à travers son écriture sensuelle et affirmée, un être qui assume totalement ses choix et refuse de subir son destin.

François Veyrunes / Chair Antigone
Ce jeudi 18 mai à 20h30, au Toboggan (Décines).
Chair Antigone – Chorégraphie de François Veyrunes © Guy Delahaye

© Guy Delahaye
François Veyrunes / Chair Antigone.
à lire également
Symphonie fantastique – Chorégraphie Saburo Teshigawara, création Biennale de la danse 2018, à l'Auditorium de Lyon © Michel Cavalca (montage LC)
Saburo Teshigawara s’associe à l’ONL pour nous offrir sa vision de la Symphonie fantastique à l’Auditorium. Représentations samedi et dimanche dans le cadre de la Biennale de la danse.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut