Eun-Me Ahn Dancing Grandmothers
© Young Mo Cheo

Corée intergénérationnelle à la Maison de la danse

La chorégraphe coréenne Eun-Me Ahn débarque ce mercredi à la Maison de la danse avec Dancing Grandmothers, une pièce “dingue” avec des grand-mères et les (jeunes) danseurs de sa compagnie.

La chorégraphe coréenne Eun-Me Ahn sera certainement une des découvertes de cette saison, qui s’empare depuis peu de nos scènes alors qu’elle était inconnue il y a encore deux ans. Originaire de Séoul, elle débarque avec Dancing Grandmothers, pièce qualifiée de dingue par la presse, sans style identifiable et qui réunit des grand-mères et les jeunes danseurs de sa compagnie.

Mixages

L’histoire remonte à 2010, tandis que la chorégraphe sillonnait les provinces rurales de Corée du Sud, rencontrant beaucoup de femmes, souvent âgées – des paysannes, des sans-abri, mais aussi des pharmaciennes, auxquelles elle a demandé de danser sur des chansons de leur époque. Ces femmes étaient si heureuses de retrouver leurs corps en mouvement qu’elles ont réussi à entraîner avec elles les jeunes professionnels qui accompagnaient Eun-Me Ahn.

Le résultat s’annonce comme une pièce déjantée qui transpire de joie et de bonheur mais qui rappelle aussi la dureté de leurs vies. La chorégraphe mêle le monde urbain moderne et les campagnes coréennes, le folklore et l’électro, le mouvement et la vidéo, les jeunes et les anciennes et transforme le tout en un dancefloor géant !

Eun-Me Ahn / Dancing Grandmothers – Mercredi 10 février à 19h30 et jeudi 11 à 20h30, à la Maison de la danse.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut