Trombone Shorty

Concerts : Don Cavalli et Trombone Shorty à Lyon ce jeudi

Nul besoin d’être né dans le Tennessee pour honorer le blues, ni d’avoir un paquet de balais pour entrer au panthéon du jazz. La preuve sur scène ce soir à Lyon, avec Don Cavalli et Trombone Shorty.

Blues sur le Don

À ceux qui pensent que le blues est réservé aux natifs des bords du Mississippi ou, plus loin encore, du Niger, Don Cavalli prouve qu’on peut être originaire de la banlieue parisienne et en remontrer à n’importe quel type du Tennessee ou de Louisiane. Ouais, mec, l’Amérique, c’est dans la tête. Si tu veux l’avoir, tu l’as (son album Cryland, primitif en diable, lui avait valu un petit succès d’estime outre-Atlantique). L’Amérique et le reste, car sur son dernier disque, volontiers funk, le Don n’hésite pas à tenter le duo sino-country-wah wah avec la chanteuse Zhan Xiao Li. Un type étonnant, à la classe folle, à découvrir absolument.

Petit Trombone

À même pas 30 ans, le tromboniste Trombone Shorty fait un peu tache dans le panthéon des vénérables qu’est le jazz. Mais il est aussi la preuve que ce dernier se rajeunit à vue d’œil, aiguillonné par ces nouveaux talents qui débarquent de par tout, qu’ils apprennent la discipline dans les plus prestigieuses institutions (Berklee, Juilliard School) ou sur le tas. Trombone Shorty, lui, a débuté sa carrière transgenre (jazz, r&b, funk, rock – il a joué avec Kravitz, Green Day et U2) à l’âge de 5 ans (d’où son surnom) et même fait l’acteur (dans la série Treme, sise dans sa Nouvelle-Orléans natale, une histoire de jazzmen post-Katrina). Petit Trombone est devenu grand.

---

Don Cavalli. Jeudi 10 octobre, à 20h30, au Marché-Gare (Lyon 2e/Confluence).

Trombone Shorty & Orleans Avenue. Jeudi 10 octobre, à 19h, au Transbordeur (Villeurbanne/La Doua).

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut