Alexis & the Brainbow

Concert : Alexis et ses Brainbow Warriors au Radiant

Quatuor néo-new wave lyonnais ambitieux, Alexis & the Brainbow dégaine des hymnes pop et des références qui bâtissent des ponts entre les époques.

Presque too much

On a découvert ces jeunes flingues un peu par hasard, en février au Marché Gare. Ils faisaient la première partie de l’Anglais Eugene McGuinness, lors d’une de ces ouvertures de concert qui échoient parfois à un régional de l’étape (une tradition qui malheureusement se perd).

Ignorant alors leur existence et jusqu’au nom de la formation qui était ce soir-là sur scène, on les avait pris pour un groupe de jeunes Irlandais (ou quelque chose dans le genre) déjà tellement rodé malgré la jeunesse qu’on les avait presque trouvés too much. On avait même pensé qu’ils étaient à deux doigts de se prendre pour U2 et en cela un peu anachroniques.

Porte-flingue

Le fait est aussi que tout le monde les avait trouvés très bons. Et puis il y avait ce tube, qu’ils se traînent depuis lors, ce Young Gun, comme on est toujours étonné d’en entendre de la part d’un groupe lyonnais (on a beau être habitué, c’est sans doute cette atavique réserve lyonnaise qui fait qu’on est surpris de la sorte).

Ce tube révélait ou confirmait le talent de ceux qui s’appelaient donc Alexis & the Brainbow et par là même une pop à vous faire des arcs-en-ciel dans le cerveau. Une musique faite d’hymnes néo-new wave taillés pour les grands espaces (quand on fait du rock, les stades sont toujours à viser) avec ses vocaux amples, ses synthés planants, ses rythmes tribaux et ses références transgénérationnelles (de Supertramp à Metronomy).

Venant de rééditer son EP A Young Gun, minicollection de titres impeccables, en version “deluxe”, le quatuor mené par l’autoproclamé amateur de licornes Alexis Delekta, qui a tapé dans l’œil des Inrocks et arpenté la scène de Fourvière, est actuellement en pleine bourre d’une tournée française qui s’est même exportée à Londres avant de le faire à Amsterdam, en repassant régulièrement par la maison.

Alors, sans doute cette première impression guerrière et conquérante n’était-elle pas si mauvaise : il y a des groupes comme cela qui ont tellement tout pour réussir que, lorsqu’on les voit pour la première fois, on croit que c’est déjà fait, que le flingue est dégainé et le butin dans le sac.

Alexis & The Brainbow – Jeudi 5 novembre à 20h au Radiant-Bellevue (Caluire) et vendredi 4 décembre à 20h30 à Toï Toï Le Zinc (Villeurbanne)
• A Young Gun, Deluxe édition, juin 2015.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut