Visuel du spectacle #colineserreau

Coline Serreau fait son cinéma… à la Comédie-Odéon

La réalisatrice de Saint-Jacques… La Mecque se lance dans le one-woman show. Le matériau : sa vie. Le choix du thème revient chaque soir aux spectateurs. Alors, qu’est-ce qu’ils veulent ?

Trois hommes et un couffin en 1985, Romuald et Juliette en 1989, La Crise en 1992, La Belle Verte en 1996…, autant de films tournés par Coline Serreau qui ont marqué leur époque. Leurs points communs (sans doute aussi avec les films de la réalisatrice qui n’ont pas eu le même succès), c’est l’observation de notre société. Et l’humour.

Deux qualités que l’on devrait retrouver dans #Coline Serreau. Un spectacle inattendu. Après sa longue carrière de cinéaste (commencée en 1975 avec Mais qu’est-ce qu’elles veulent ?), de comédienne, de photographe, non sans oublier quelques incursions dans le théâtre, Coline Serreau se lance dans son premier one-woman show. Ou plutôt, elle invente un “dialogue de vie interactif”.

Dans ce spectacle inattendu, il incombe en effet aux spectateurs de choisir, dans les thématiques proposées, quelle part de sa vie et de sa longue expérience elle devra aborder : sujets afférents aux arts, aux combats quotidiens, aux génies de l’histoire ou à sa propre carrière… Derrière elle, un écran diffuse des poèmes visuels. Et plus loin, un piano. Elle s’engage à tout dire, parole libre, échanges chaque soir différents, ponctués de lectures, d’images et de musique, dans un dispositif truffé de fausses pistes et de surprises.

#Coline Serreau – Du 4 au 22 juin (du mardi au samedi) à 19h à la Comédie-Odéon


[Article publié dans Lyon Capitale n° 789 – Juin 2019]

à lire également
Contes et légendes, de Joël Pommerat © Cie Louis Brouillard / L’Animal imaginaire, de Valère Novarina © Pascal Victor (montage LC)
Le TNP accueille cette semaine Joël Pommerat et Valère Novarina, deux maîtres de la scène hexagonale. Les projecteurs sont donc braqués sur Villeurbanne. Mais cela ne nous empêche pas de garder un œil sur les autres scènes de la métropole…
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut