BEYONCE : LA BELLE N'EST PAS BETE

A mi-chemin entre Brigitte Bardot et la rappeuse Lil Kim, Beyoncé et sa féminité exacerbée font voler en éclat l'ordre macho selon lequel on ne peut être belle, intelligente et un peu "'bitch'' à la fois. Beyoncé Giselle Knowles est tout sauf une bimbo écervelée. Ses talons aiguilles, son maquillage à outrance et ses tenues ultra-sexys sont juste la preuve de la femme, noire de surcroît, qui s'assume et qui sait ce qu'elle veut.

Avec le groupe Destiny's Child tout d'abord. Beyoncé devient la figure marquante de la scène R&B et vend plus de 60 millions d'albums en l'espace de cinq ans avec des tubes comme No, No, No, Independant Women ou encore Say My Name. En 2001, la belle délaisse pourtant ce girl-band façonné autour de sa personne par son producteur de père et se consacre à sa carrière personnelle. Après quelques apparitions sur le grand écran (elle donne la réplique à Mike Myers dans Austin Powers in Goldmember), Beyoncé explose définitivement en 2003 avec la sortie de son premier album solo Dangerously In Love. Avec 5 Grammy Awards et 11 millions d'exemplaires vendus, elle atteint les sommets parce que, non contente de synthétiser à elle seule la femme fatale des années 2000, Beyoncé produit et compose ses propres albums. Elle contrôle tout et mène sa carrière comme elle l'entend. Elle enchaîne les hits, les rôles pour Hollywood et signe sans surprise un contrat mirobolant avec l'Oréal. Elle le vaut tellement bien.

Le 30/05 à la Halle Tony Garnier, 20 place Antonin Perrin, Lyon 7.
04 72 76 85 85

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut