Ça s’est passé à Lyon un 28 décembre : Bellecour devient publique

Du cortège de 2 000 charpentiers qui accompagnent Pierrette Merle, mère des compagnons, à Loyasse en 1855 à la première séance publique du cinématographe des frères Lumière en 1895, Lyon Capitale vous rappelle les événements qui ont marqué les 28 décembre lyonnais au fil des siècles.

1424 : Assemblée des états du Lyonnais pour accorder l'aide au roi.

1612 : Fondation de la Confrérie des Cartiers, par contrat passé avec les Jacobins.

1622 : Mort de saint François de Sales, dans la maison du jardinier des Visitandines.

1644 : Le maréchal de La Motte-Houdancourt revenant d'Espagne, est arrêté et enfermé à Pierre-Scize (part le 15 septembre 1647, transféré à Grenoble).

1658 : Lettres patentes attribuant à la Ville la propriété de la place et du fief de Bellecour, avec statut de place publique.

1663 : Consécration de l'église Saint Just, par l'archevêque Camille de Neufville.

1673 : Marc-Antoine Perrin, marchand, est nommé receveur des deniers communs pour les années 1674, 1675, 1676.

1713 : Inauguration de la statue de Louis XIV, mise en place la veille, à Bellecour.

1768 : En compensation d'honoraires non versés, le Consulat autorise Jean-Antoine Morand à construire et à exploiter deux boutiques contre la face Est de l'Hôtel de Ville.

1771 : Premier acte constitutif de la Compagnie des travaux de Perrache.

1797 : Mort du général Mathieu-Léonard Duphot, tué à Rome, dans une émeute anti-française. (Né à Lyon, Saint-Pierre-Saint-Saturnin, le 21 septembre 1769).

1801 : Arrivée, pour la tenue de la "Consula" cisalpine, de Talleyrand et Chaptal.

1815 : Mort de Jean-François Amans Riolz, conseiller à la Cour, membre de l'Académie. Lyon. (Né à Rodez , le 20 mars 1742).

1827 : Mort de Jean-Baptiste Joseph Boscary de Villeplaine. Paris. (Né à Lyon, Ste Croix, le 12 juin 1757). Inhumé à Paris (Père Lachaise).

1835 : Arrêt complémentaire de condamnation, par la Cour des pairs, dans l'affaire des insurrections d'avril 1834.

1851 : Installation de la Commission municipale de La Guillotière.

1852 : Arrêté préfectoral portant règlement pour les voitures de place.

1853 : Mort de Jeanne Françoise Chabot, veuve Garnier, fondatrice-directrice de l'hospice du Calvaire. (Née à Lyon le 16 juin 1811).

1855 : Un cortège de deux mille charpentiers accompagne de Vaise à Loyasse le cercueil de Pierrette Merle, mère des compagnons passants charpentiers.

1884 : Mort du docteur Alexandre Rodet, ancien chirurgien major de l'Antiquaille, fondateur de la Société protectrice de l'enfance. (Né à Saulce, Drôme, le 18 mars 1814). Inhumé à Loyasse.

1885 : Décret instituant un "Conseil général des facultés" dans chaque ville dotée de facultés.

1895 : Première séance publique de projection cinématographique, par les frères Lumière (Paris, Grand Café, 14 boulevard des Capucines).

1898 : Mort du sculpteur Etienne Pagny. Lyon. (Né à Lyon, le 29 octobre 1829). Inhumé à Loyasse.

1902 : Mort du lieutenant-colonel (C.R.) Édouard Constantin Polonus, fondateur de la Société de tir de l'armée territoriale, directeur de l'Hospitalité de nuit. Lyon. (Né à Brest, le 29 décembre 1826). Inhumé à La Guillotière.

1909 : Mort de Léon Mayet, journaliste, homme de lettres. Lyon. (Né à Paris le 10 juillet 1840).

1915 : Mort au feu de Ferdinand Belmont, capitaine de Chasseurs. Moosch (Haut-Rhin). (Né à Lyon, le 13 août 1890).

1926 : Exposition des projets du 3e concours de la Société d'Embellissement de Lyon (utilisation des terrains militaires de la Part-Dieu).

1955 : Le marché forain couvert de fin d'année se tient sur le cours de Verdun.

1955 : Mort de René Leriche professeur honoraire au Collège de France. Cassis (Bouches-du-Rhône). (Né à Roanne, le 12 octobre 1879). Inhumé à Ste Foy.

1976 : Dernier jour d'ouverture du cinéma "Astoria". Sera démoli fin mars 1978.

1977 : Arrêté du maire réglementant le marché aux chiens de la place Carnot, jusque là libre. Entrée en vigueur le 15 janvier 1978.

à lire également
L’historien Bruno Benoit, chez lui, à Lyon, en 2017 © Tim Douet
Historien, gardien de la lyonnitude, Bruno Benoit n’a jamais cessé de porter un regard à la fois bienveillant et critique sur Lyon. Lorsque Gérard Collomb est élu en 2001, il explique son succès en lançant “Lisez Bruno Benoit !” Quel regard porte aujourd’hui l’historien sur le retour de l’ex-ministre de l’Intérieur à Lyon ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut