Hôtel-Dieu nuit

Ça s’est passé à Lyon un 20 juillet : des infirmières à l’Hôtel-Dieu

Divertir un pique-nique sur les pelouses de la Tête-d’Or ou un apéro sur les berges du Rhône ne tient parfois qu’à une anecdote rafraîchissante. Pour aider ses lecteurs à briller autant que le soleil estival, Lyon Capitale leur rappelle les faits historiques ayant marqué les 20 juillet lyonnais au fil des siècles.

1567 - Lettres commettant Pierre de Longueil, conseiller au Parlement, pour "administrer la justice" à Lyon.

1610 - Jacques Flachier achète, de Jean-Baptiste Ravot, le château et seigneurie de la Pape, à Crépieux qui passera par héritage en ligne directe aux Pillehotte.

1650 - Le Consulat décide de détruire la Tour des Poudres, sur les foires de la Lanterne, et de transférer les poudres et munitions dans le magasin joignant l'église St Sébastien.

1799 - Premier envoi par l'Etat de tableaux destinés au Musée de Lyon. Sept toiles.

1800 - Première séance du Conseil général du département, récemment nommé par le Premier consul.

XIXe : un hôtel des Postes rue de la Barre

1802 - Arrêté préfectoral fixant dans le Palais St Pierre : la Bourse, le Tribunal de commerce, le Conseil du commerce, le Conseil d'agriculture, le Muséum ; nommant un "conservateur de musée" (Moutonnat) ; instituant pour administrer le Palais une commission présidée par le maire de la division Nord.

1827 - Arrêté préfectoral (de Brosses) nommant J.-B. Idt censeur des journaux de Lyon.

1831 - Mort de Joseph Fulchiron, banquier, ancien député du Rhône (1810-1814). Paris. (Né le 12 juin 1744, Lyon).

1868 - Arrêté ministériel autorisant l'ouverture à Lyon d'une école libre de droit.

1893 - Ouverture de l'Hôtel des postes, rue de la Barre.

1921 - Création par les Hospices Civils de l'Ecole professionnelle d'infirmières, à l'Hôtel-Dieu.

Les commentaires de nos lecteurs les plus avertis quant à l'histoire de Lyon sont évidemment les bienvenus. Et pour poursuivre cette redécouverte de la ville à travers les siècles, rendez-vous sur le site des archives municipales.
à lire également
Détail d’une planche de “Peur blanche”, la BD parue dans Lyon Capitale n° 784 © Antoine Giner-Belmonte
Avec un site majestueux où deux cours d’eau se rejoignent, impossible de croire qu’il n’y avait pas de Lyon avant 43 avant notre ère et la fondation de Lugdunum. La présence humaine est attestée sur ces terres dès -29000.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut