Art3f

Art3f, un salon d’art contemporain “pour toutes les bourses”

Le salon international d’art contemporain Art3f s’installe du 11 au 13 avril à la Cité internationale. Au programme, peintures, sculptures, céramiques et photographies – autant de disciplines pour régaler les amateurs d’art contemporain.

Vue d'ensemble du salon © DR

Faire cohabiter artistes et galeristes, c’est le pari qu’a pris Serge Beninca avec sa société de communication Silver Et Gold, organisatrice du salon. Avec des œuvres reconnues du grand public, comme celles des artistes français Robert Combas, Pierre Soulages et Philippe Pasqua, le salon mixte se veut “moins guindé” que les foires habituelles. “Casser l’élitisme, c’est notre ligne de conduite”, appuie Sébastien Morel, un des organisateurs du salon.

De nombreuses invitations ont été envoyées à des profils d’acquéreurs potentiels – chefs d’entreprise, professions libérales et clients aisés. Mais le salon sera également gratuit pour les étudiants, les scolaires et les jeunes de moins de 18 ans accompagnés d’un adulte. Une volonté des organisateurs d’ouvrir le salon à tous les publics, même les moins fortunés, qui pourront faire l’acquisition d’œuvres pour une petite centaine d’euros. L’événement sera également très familial, avec une zone “happening” ouverte aux enfants, incluant un atelier d’initiation à la peinture : de quoi ravir les mordus du gribouillage et les âmes d’artistes !

Lyon, une ville de choix

Art3f œuvre 1 ()

“Lyon fait peur, mais Lyon fait fantasmer”, avoue Serge Beninca. Pour accueillir au mieux les stands des artistes et galeristes, Art3f a choisi le centre de congrès – un clin d’œil au centre Pompidou de Paris, lui aussi imaginé par l’architecte italien Renzo Piano. Mais les organisateurs du festival ont été confrontés à un souci : la forme en banane du bâtiment, épousant celle du Rhône. Difficile d’aménager des stands à partir d’une forme aussi atypique. Aussi les galeristes comme les artistes conserveront-ils la liberté d’aménager leur stand comme ils l’entendent, sous le regard critique de Pascal Koffmann, directeur artistique.

Trois artistes lyonnaises seront présentes au salon, dont Pascale Charrier Royer, déjà là l’année dernière. Si, en 2013, l’événement avait accueilli 13 270 visiteurs, le chef de file du salon compte bien “dépasser les 20 000 visiteurs” pour cette 2e édition.

La sélection de Lyon Capitale

• La Gallery 138 avec les “peintures photographiées” de Thierry Barré, le plasticien de “figuration libre” Robert Combas, les sculptures d’Arman et les photographies d’Olivier de Cayron (stand C03)
• Les peintures de Pascale Charrier Royer, artiste lyonnaise (D08)
• L’artiste Argadol et ses peintures à mi-chemin entre le Pop Art et le Street Art (C13)
• Le peintre François Benoît-Lison, d’un style aux lignes abstraites et dynamiques (A12)
• Les nus de Martine Chaperon, originaire d’Échirolles, et les toiles de Michelle Margary, de Grenoble (A28)
• L’univers pictural 2D et 3D de Mila (B04)
• Les sculptures de Vincent Magni (C01)
Art3f Du 11 au 13 avril, à la Cité internationale, Lyon 6e. Entrée :8 €.

à lire également
Vue de l’exposition “Entrare nell'opera” au MAMC de Saint-Etienne © Aurélien Mole
Si 2020 n’est pas l’année de la Biennale du design, une visite à Saint-Étienne s’impose néanmoins. Le musée d’Art moderne et contemporain présente en effet une grande exposition rétrospective sur le mouvement de l’Arte Povera qui, bien que né en Italie dans les années 1960, résonne encore de manière familière aujourd’hui.
Faire défiler vers le haut